Le meilleur de la musique classique pour tous, jour après jour

La musique classique du jour


Articles marqués avec le mot-clé ‘telemann’

Mardi 7 août 2012

Concerto pour alto en sol, de Telemann


Nous écoutons aujourd’hui le concerto pour alto en sol de Telemann, composé entre 1716 et 1721, une des œuvres les plus connues pour cet instrument :


VN:F [1.0.8_357]
Note: 7.9/10 (8 votes)

Jeudi 28 juillet 2011

Brockes-Passion TWV5:1 de Telemann


Chers lecteurs,

Brockes-Passion de Telemann, Harmonia Mundi / René Jacobs

Brockes-Passion de Telemann, Harmonia Mundi / René Jacobs

Après plusieurs articles et une longue écoute de la Passion selon saint-Matthieu BWV 244 de Bach, nous vous proposons ici d’écouter une œuvre similaire, d’un autre grand compositeur baroque allemand : Georg Philipp Telemann. Contemporain de Bach et de Haendel (1681-1767 pour Telemann, 1685-1750 pour Bach, 1685-1759 pour Haendel), il jouissait d’une renommée plus importante de son vivant - ce qui peut nous surprendre tant la redécouverte baroque du XIXè siècle lui a préféré Bach ou Haendel. Telemann a d’ailleurs connu l’un et l’autre des deux grands compositeurs, et était même le parrain du compositeur Carl Philipp Emanuel Bach, fils de J.-S. Bach.

Compositeur parmi les plus productifs de l’Histoire de la musique, il aurait composé plus de 6000 œuvres (dont seulement 3600 seraient répertoriées dans le catalogue TWV), touchant à tous les styles et tous les instruments.

Telemann a en particulier écrit 46 passions, dont seulement 23 nous sont parvenues ; nous avons choisi de proposer l’une d’entre-elles à l’écoute car, au-delà de son esthétique, elle permet de percevoir d’autres aspects de ce type d’œuvres, relativement biaisé par la force des saint-Matthieu BWV 244 et saint-Jean BWV 245 de Bach, œuvres magistrales et archi-connues de la musique occidentale.

L’œuvre d’aujourd’hui est un oratorio de la Passion, c’est-à-dire qu’à la différence des passion-oratorio allemands destinés à la liturgie et s’appuyant essentiellement sur des extraits stricts des évangiles, elle devait être représentée dans une salle de concert, et son livret, entièrement versifié, n’est qu’inspiré des évangiles. Pour Johann Mattheson (autre compositeur contemporain de Bach, Telemann et Haendel, également auteur d’une Brockes-Passion), on peut parler d’« opéra sacrés ».

Par analogie aux traductions des Matthauspassion et Johannespassion en « Passion selon saint-Matthieu » et « Passion selon saint-Jean », les Brockes-Passion sont souvent appelées « Passion selon Brockes ». Barthold Heinrich Brockes (1680-1747) n’est cependant pas un évangéliste ; impliqué dans la vie politique et municipale de Hambourg, c’est en tant que poète qu’il écrivit en 1712 un livret en vers sur la Passion du Christ : Der für die Sünden der Welt gemarterte und sterbende Jesus (Jésus martyrisé et mourant pour le péché du monde). Ce texte eut un grand succès, puisque 11 compositeur allemands l’utilisèrent pour écrire une Brockes-Passion (parmi lesquels Telemann, Haendel, Mattheson, Keiser, etc.).

Telemann composa la sienne en 1716: le texte comme la musique nous font effectivement beaucoup plus penser à un opéra et une mise en scène que les passions de Bach.

On pourra se référer au livret et à sa traduction pendant l’écoute, tous deux proposés sur ce site : http://oratoriosbaroques.fr/Traductions/Brockes_Passion.htm.

(la vidéo intégrée ici n’est que la première partie de l’œuvre, sur 7).

Enfin, Harmonia Mundi et René Jacobs ont effectué en 2009 un très bel enregistrement de cette œuvre, avec comme toujours un livret particulièrement fourni (commentaires, traductions complètes, etc.) et soigneusement préparé.


VN:F [1.0.8_357]
Note: 7.0/10 (14 votes)

Samedi 7 février 2009

Les chorals de Bach


Petit blind-test audio pour tester votre connaissance des chorals de Bach, sur Neuroneo :
Quizz musique classique : chorals de Bach

Portrait de Jean-Sébastien Bach (source: Wikipedia)

Portrait de Jean-Sébastien Bach (source: Wikipedia)

Nous parlerons aujourd’hui non pas d’une œuvre mais d’un genre vocal très présent dans la musique baroque.

Les chorals, cantiques simples destinés à être chantés en chœur par les fidèles, ont intéressés beaucoup de compositeurs baroques ; provenant de la liturgie luthérienne, on en retrouve essentiellement dans l’œuvre de musiciens allemands comme Dietrich Buxtehude, Jean-Sébastien Bach ou  Georg Philipp Telemann.

Ils constituent un élément important de la réforme luthérienne, permettant par leur simplicité à la foule de participer à l’office (ce qui n’était pas possible avec les chants grégoriens, trop difficiles) ; Luther (1483 - 1546) a d’ailleurs écrit plusieurs mélodies et textes de chorals. On chante en général la traduction allemande de textes de plain-chant (chants à l’unisson), qui sont décomposés en plusieurs sections (les périodes, en général au nombre de 7, qui reposent toutes sur une cadence), parfois terminées par un point d’orgue. Originellement chantés à l’unisson, les chorals ont rapidement évolué vers une musique plus évoluée avec des harmonisations à plusieurs voix. On les retrouve alors dans divers types d’œuvres : oratorios, passions, cantates et musique pour orgue.

Jean-Sébastien Bach (1685 - 1750), ayant porté l’art du choral à son apogée, en est reconnu de nos jours comme le maître incontesté. De nombreux compositeurs ont écrits quotidiennement des chorals pour leur charge de maître de chapelle ou de cantor, mais l’œuvre de Bach est dans ce domaine supérieure aux autres ; partant d’une mélodie (souvent déjà existante, parfois composée pour l’occasion) ou d’un chant grégorien, son génie s’exerçait dans l’harmonisation autour de la première voix (le cantus firmus, c’est-à-dire le chant que l’auditeur perçoit le mieux, généralement porté par les sopranos), c’est-à-dire l’ajout des trois voix inférieures (alto, ténor et basse). Bach a composé un nombre très important de chorals, en général pour des chœurs à quatre voix, mais aussi parfois pour des instruments polyphoniques comme l’orgue. On trouve également d’autres formes de chorals : ornées, fuguées, etc. (cf. les œuvres ci-dessous, qui ne sont pas toutes chantées à quatre voix).

Certains chorals prennent chez Bach une dimension bien supérieure à la forme originelle voulue par Luther, et ils constituent des piliers pour nombre de ses grandes œuvres. Nous présentons ci-dessous une sélection de chorals de Bach parmi les plus beaux, avec leur référence et leur origine :

Œuvre d’origine Titre
1 Passion selon Saint Jean, BWV 245 In meines Herzens Grunde
2 Passion selon Saint Matthieu, BWV 244 Wenn ich einmal soll scheiden
3 Passion selon Saint Matthieu, BWV 244 Wer hat dich so geschlagen
4 Passion selon Saint Matthieu Ich will bei dir stehen
5 Passion selon Saint Matthieu Was mein Gott will, das g’scheh allzeit
6 Cantate BWV 147 Jesus bleibet meine Freude, version instrumentale
“Jésus que ma joie demeure”
7 Cantate BWV 147 Jesus bleibet meine Freude, version chœur
“Jésus que ma joie demeure”
8 Passion selon Saint Jean, BWV 245 O große lieb, o Lieb ohn’ alle Maße
9 Passion selon Saint Jean, BWV 245 Christus, der uns selig macht
10 Passion selon Saint Jean, BWV 245 Ach großer König, groß zu allen Zeiten
11 Motet Jesu meine Freude, BWV 227 Jesu Meine Freude
12 Motet Jesu meine Freude, BWV 227 Weicht, ihr Trauergeister
13 Oratorio de Noël, BWV 248 Nun seid ihr wohl gerochen
Choral final de l’oratorio, orné par les cuivres
14 Passion selon Saint Jean, BWV 245 Ach Herr, laß dein lieb Engelein
Choral final de la Passion

Les exemples ci-dessous présentent la construction d’un choral pour chœur à quatre voix (ici jouées au piano) : Ach großer König, groß zu allen Zeiten, extrait de la Passion selon Saint Jean (les points d’orgues de fin des périodes n’apparaissent pas ici et durent autant que les autres notes ; on perçoit cependant les fins des périodes au travers des cadences)

  1. Soprano (la mélodie, ou cantus firmus) :
  2. Alto :
  3. Soprano + alto :
  4. Ténor :
  5. Soprano + alto + ténor :
  6. Basse (superbe partie sur des croches) :
  7. Soprano + basse :
  8. Soprano + alto + ténor + basse :
  9. Choral chanté par un vrai chœur => n°10 dans le lecteur ci-dessus

Les musiciens trouveront sur le site JSBChorales.net une mine d’or concernant les chorals : partitions, arrangements, fichiers MIDIs, sélections, histoire, classification, …

On consultera également la Choral Public Domain Library si l’on cherche des fichiers MIDI ou des partitions PDF libres de droit.


VN:F [1.0.8_357]
Note: 7.1/10 (36 votes)