Le meilleur de la musique classique pour tous, jour après jour

La musique classique du jour


Articles marqués avec le mot-clé ‘buxtehude’

Mardi 4 janvier 2011

Das neugeborne Kindelein BuxWV 13, de Buxtehude


Chers amis mélomanes, chers visiteurs, L’équipe de MusiqueDuJour.com se joint à moi pour vous adresser ses meilleurs vœux pour l’année 2011. Voici quelques nouvelles de votre site favori, laissé à l’abandon depuis quelques mois :

Dietrich Buxtehude

Dietrich Buxtehude

  • une première bonne nouvelle : le site Jiwa.fr, utilisé par MusiqueDuJour.com pour le streaming légal des musiques proposées, a connu une mauvaise passe au cours de laquelle le composant d’écoute en ligne ne fonctionnait plus ; le site était en cours de rachat / reprise depuis quelques temps, et voici qu’il va progressivement reprendre son activité. Pour ce qui nous concerne, le composant d’écoute fonctionne de nouveau comme avant ! Souhaitons à l’équipe de Jiwa de réussir dans ce domaine désormais très concurrentiel !
  • une deuxième bonne nouvelle : MusiqueDuJour.com va progressivement reprendre son activité éditoriale, grâce à un format peut-être plus « allégé » qu’auparavant. On privilégiera désormais la régularité des articles à leur longueur. Le site se présentera donc plus comme une plate-forme d’échange et de discussion autour de musiques « classiques », avec des articles très réguliers accompagnés des musiques décrites en écoute intégrale, et de temps en temps des dossiers plus « fournis ». Enfin, le site conservera toujours l’esprit d’ouverture du genre musical « classique » au plus grand monde qui en a motivé la création.
  • et enfin un constat très positif : l’absence de mise à jour éditoriale n’a pas diminué la fréquentation du site !

Nous voudrions remercier les nombreuses personnes nous ayant envoyé des messages de soutien ou d’encouragement pour ce travail. Si vous aimez telle ou telle musique, n’hésitez pas à nous proposer (par email ou dans les commentaires des articles) des sujets d’articles que nous pourrions diffuser ! Et à l’occasion de cette « reprise » de l’activité de MusiqueDuJour.com, nous vous proposons une musique chorale d’un compositeur peu connu du grand public, relativement connu des amateurs de musique, et déjà rencontré sur MusiqueDuJour : Dietrich BUXDEHUDE (1637 - 1707), compositeur allemand de la période baroque. Nous avions présenté il y a plus d’un an en novembre 2009 les Membra Jesu Nostri de Buxtehude ; nous restons toujours dans le répertoire choral et religieux, avec une œuvre de circonstance, car relatant la naissance de Jésus (cantate de la Nativité). Voici donc la cantate sacrée Das neugeborne Kindelein (Le petit enfant nouveau-né), de Dietrich Buxtehude :

Le texte n’est pas de Buxtehude, mais du compositeur et auteur de textes religieux Cyriaque Schneegass (1546 - 1597). Notons que Bach l’utilise également dans la cantate pour la nativité BWV 122.

Outre l’aspect « de saison », pourquoi nous proposons-vous cette musique ? La réponse tient en quelques critères : peu connue du grand public, particulièrement belle, et assez caractéristique d’un genre et d’une époque.

Voici les paroles ici, ainsi qu’une traduction (compilation de différentes sources trouvées ici) :

Das neugeborne Kindelein,
Das herzeliebe Jesulein,
Bringt abermal ein neues Jahr
Der auserwählten Christenschar.

Des freuen sich die Engelein,
Die gerne um und bei uns sein,
[Sie] singen in den Lüften frei,
Daß Gott mit uns versöhnet sei.

Ist Gott versöhnt und unser Freund,
Was [mag] uns tun der arge Feind?
Trotz [Türken, Papst] und Höllen Pfort,
Das Jesulein ist unser Hort!

Es bringt das rechte Jubeljahr,
Was trauern wir dann immerdar?
Frisch auf, [es ist itzt] Singens Zeit!
Das Jesulein wendt alles Leid!

Le petit enfant nouveau-né,
Le petit Jésus cher et adoré,
Apporte encore une fois la nouvelle année
À la légion des chrétiens, ses élus.

Les petits anges se réjouissent de ceci,
Ils sont heureux avec nous et autour de nous,
Ils chantent librement dans les airs,
Puisque Dieu est réconcilié avec nous.

Puisque Dieu nous est réconcilié et qu’il est notre allié,
Que peut nous faire le malin ennemi ?
Bravant le diable et la porte des enfers,
Le petit Jésus est notre crèche.

Voici venir l’année jubilaire,
Que craignons-nous encore ?
Allons ! l’heure est venue de chanter :
Le petit Jésus détourne toutes les souffrances.

Comme souvent, les instrumentistes et choristes trouveront chez Werner Icking les partitions au format PDF : Das Neugeborne Kindelein BuxWV 13 de Buxtehude.


VN:F [1.0.8_357]
Note: 7.6/10 (12 votes)

Vendredi 27 novembre 2009

Membra Jesu nostri, de Buxtehude


Dietrich Buxtehude (à la viole de gambe à gauche) par Johannes Voorhout (1674)

Dietrich Buxtehude (à la viole de gambe à gauche) par Johannes Voorhout (1674) Source: Wikipedia

Musiquedujour.com revient aujourd’hui pour vous présenter une œuvre sublime de Dietrich Buxtehude, compositeur baroque célèbre mais peu connu du grand public (du moins avant le tricentenaire de sa mort en 2007). Il s’agit de la série de 7 cantates sacrées « Membra Jesu nostri », BuxWV 75 dans le catalogue des œuvres de Buxtehude.

Dietrich Buxtehude (1637 - 1707) est un compositeur et organiste dano-allemand de la période baroque - contemporain de Pachelbel, Reinken. Très célèbre en son temps, son œuvre a jusqu’à très récemment été délaissée par les musiciens et peu jouée en public. Le tricentenaire de sa mort en 2007 a cependant été l’occasion de redécouvrir ce grand compositeur, qui nous laisse entre autres une grande œuvre pour orgue ou de superbes pièces vocales. Sa célébrité à son époque est telle que de la même manière que l’on appelle Bach « le cantor de Leipzig », on parle de « l’organiste de Lübeck » pour désigner Buxtehude. Il est même question d’un voyage de 400km effectué à pied par le jeune Jean-Sébastien Bach en 1705 afin de rencontrer le célèbre organiste. Nous laisserons aux lecteurs intéressés par la vie de Buxtehude le soin de consulter Wikipédia, ou de lire sa récente biographie écrite par le musicologue Gilles Cantagrel (voir ici).

Nous ne parlerons pas aujourd’hui de l’œuvre de Buxtehude, mais seulement des « Membra Jesu nostri » (abréviation du latin « Membra Jesu nostri patientis sanctissima humissima totius cordis devotione decantata », littéralement « Les très saints membres de notre Seigneur Jésus souffrant, chantés avec la plus humble dévotion de son cœur tout entier »). Ce recueil composé en 1680 comporte sept cantates, chacune évoquant une partie du corps blessé du Christ (Gilles Cantagrel propose d’appeler le recueil « Les sept plaies du Christ en croix »).

On retrouve ainsi les cantates Ad pedes (aux pieds), Ad genua (aux genoux), Ad manus (aux mains), Ad latus (au flanc), Ad pectus (à la poitrine), Ad cor (au cœur), Ad faciem (au visage), qui sont toutes découpées en 6 mouvements (consulter à ce sujet le bon article de Wikipédia : http://fr.wikipedia.org/wiki/Membra_Jesu_nostri). Le thème des cantates pourrait préparer l’auditeur à entendre un recueil affligé et une vision doloriste du Christ en croix. Il n’en est rien, et l’œuvre montre continuellement une image sereine, apaisée et méditative du martyre ; la musique, mettant en musique le poème spirituel médiéval Rhythmica Oratio invite donc plutôt le croyant à la réflexion dans la période de Pâques.

Nous vous proposons ici à l’écoute la version John Eliot Gardiner / Monteverdi Choir.
Sur Amazon sont disponibles plusieurs versions intéressantes, en particulier dans deux gammes chez Harmonia Mundi:

On trouvera les partitions des Membra Jesu nostri sur la Choral Public Domain Library : http://wso.williams.edu/cpdl/sheet/bux-750c.pdf


VN:F [1.0.8_357]
Note: 8.0/10 (17 votes)

Samedi 7 février 2009

Les chorals de Bach


Petit blind-test audio pour tester votre connaissance des chorals de Bach, sur Neuroneo :
Quizz musique classique : chorals de Bach

Portrait de Jean-Sébastien Bach (source: Wikipedia)

Portrait de Jean-Sébastien Bach (source: Wikipedia)

Nous parlerons aujourd’hui non pas d’une œuvre mais d’un genre vocal très présent dans la musique baroque.

Les chorals, cantiques simples destinés à être chantés en chœur par les fidèles, ont intéressés beaucoup de compositeurs baroques ; provenant de la liturgie luthérienne, on en retrouve essentiellement dans l’œuvre de musiciens allemands comme Dietrich Buxtehude, Jean-Sébastien Bach ou  Georg Philipp Telemann.

Ils constituent un élément important de la réforme luthérienne, permettant par leur simplicité à la foule de participer à l’office (ce qui n’était pas possible avec les chants grégoriens, trop difficiles) ; Luther (1483 - 1546) a d’ailleurs écrit plusieurs mélodies et textes de chorals. On chante en général la traduction allemande de textes de plain-chant (chants à l’unisson), qui sont décomposés en plusieurs sections (les périodes, en général au nombre de 7, qui reposent toutes sur une cadence), parfois terminées par un point d’orgue. Originellement chantés à l’unisson, les chorals ont rapidement évolué vers une musique plus évoluée avec des harmonisations à plusieurs voix. On les retrouve alors dans divers types d’œuvres : oratorios, passions, cantates et musique pour orgue.

Jean-Sébastien Bach (1685 - 1750), ayant porté l’art du choral à son apogée, en est reconnu de nos jours comme le maître incontesté. De nombreux compositeurs ont écrits quotidiennement des chorals pour leur charge de maître de chapelle ou de cantor, mais l’œuvre de Bach est dans ce domaine supérieure aux autres ; partant d’une mélodie (souvent déjà existante, parfois composée pour l’occasion) ou d’un chant grégorien, son génie s’exerçait dans l’harmonisation autour de la première voix (le cantus firmus, c’est-à-dire le chant que l’auditeur perçoit le mieux, généralement porté par les sopranos), c’est-à-dire l’ajout des trois voix inférieures (alto, ténor et basse). Bach a composé un nombre très important de chorals, en général pour des chœurs à quatre voix, mais aussi parfois pour des instruments polyphoniques comme l’orgue. On trouve également d’autres formes de chorals : ornées, fuguées, etc. (cf. les œuvres ci-dessous, qui ne sont pas toutes chantées à quatre voix).

Certains chorals prennent chez Bach une dimension bien supérieure à la forme originelle voulue par Luther, et ils constituent des piliers pour nombre de ses grandes œuvres. Nous présentons ci-dessous une sélection de chorals de Bach parmi les plus beaux, avec leur référence et leur origine :

Œuvre d’origine Titre
1 Passion selon Saint Jean, BWV 245 In meines Herzens Grunde
2 Passion selon Saint Matthieu, BWV 244 Wenn ich einmal soll scheiden
3 Passion selon Saint Matthieu, BWV 244 Wer hat dich so geschlagen
4 Passion selon Saint Matthieu Ich will bei dir stehen
5 Passion selon Saint Matthieu Was mein Gott will, das g’scheh allzeit
6 Cantate BWV 147 Jesus bleibet meine Freude, version instrumentale
“Jésus que ma joie demeure”
7 Cantate BWV 147 Jesus bleibet meine Freude, version chœur
“Jésus que ma joie demeure”
8 Passion selon Saint Jean, BWV 245 O große lieb, o Lieb ohn’ alle Maße
9 Passion selon Saint Jean, BWV 245 Christus, der uns selig macht
10 Passion selon Saint Jean, BWV 245 Ach großer König, groß zu allen Zeiten
11 Motet Jesu meine Freude, BWV 227 Jesu Meine Freude
12 Motet Jesu meine Freude, BWV 227 Weicht, ihr Trauergeister
13 Oratorio de Noël, BWV 248 Nun seid ihr wohl gerochen
Choral final de l’oratorio, orné par les cuivres
14 Passion selon Saint Jean, BWV 245 Ach Herr, laß dein lieb Engelein
Choral final de la Passion

Les exemples ci-dessous présentent la construction d’un choral pour chœur à quatre voix (ici jouées au piano) : Ach großer König, groß zu allen Zeiten, extrait de la Passion selon Saint Jean (les points d’orgues de fin des périodes n’apparaissent pas ici et durent autant que les autres notes ; on perçoit cependant les fins des périodes au travers des cadences)

  1. Soprano (la mélodie, ou cantus firmus) :
  2. Alto :
  3. Soprano + alto :
  4. Ténor :
  5. Soprano + alto + ténor :
  6. Basse (superbe partie sur des croches) :
  7. Soprano + basse :
  8. Soprano + alto + ténor + basse :
  9. Choral chanté par un vrai chœur => n°10 dans le lecteur ci-dessus

Les musiciens trouveront sur le site JSBChorales.net une mine d’or concernant les chorals : partitions, arrangements, fichiers MIDIs, sélections, histoire, classification, …

On consultera également la Choral Public Domain Library si l’on cherche des fichiers MIDI ou des partitions PDF libres de droit.


VN:F [1.0.8_357]
Note: 7.0/10 (32 votes)