Le meilleur de la musique classique pour tous, jour après jour

La musique classique du jour


Vendredi 27 novembre 2009

Membra Jesu nostri, de Buxtehude


Dietrich Buxtehude (à la viole de gambe à gauche) par Johannes Voorhout (1674)

Dietrich Buxtehude (à la viole de gambe à gauche) par Johannes Voorhout (1674) Source: Wikipedia

Musiquedujour.com revient aujourd’hui pour vous présenter une œuvre sublime de Dietrich Buxtehude, compositeur baroque célèbre mais peu connu du grand public (du moins avant le tricentenaire de sa mort en 2007). Il s’agit de la série de 7 cantates sacrées « Membra Jesu nostri », BuxWV 75 dans le catalogue des œuvres de Buxtehude.

Dietrich Buxtehude (1637 - 1707) est un compositeur et organiste dano-allemand de la période baroque - contemporain de Pachelbel, Reinken. Très célèbre en son temps, son œuvre a jusqu’à très récemment été délaissée par les musiciens et peu jouée en public. Le tricentenaire de sa mort en 2007 a cependant été l’occasion de redécouvrir ce grand compositeur, qui nous laisse entre autres une grande œuvre pour orgue ou de superbes pièces vocales. Sa célébrité à son époque est telle que de la même manière que l’on appelle Bach « le cantor de Leipzig », on parle de « l’organiste de Lübeck » pour désigner Buxtehude. Il est même question d’un voyage de 400km effectué à pied par le jeune Jean-Sébastien Bach en 1705 afin de rencontrer le célèbre organiste. Nous laisserons aux lecteurs intéressés par la vie de Buxtehude le soin de consulter Wikipédia, ou de lire sa récente biographie écrite par le musicologue Gilles Cantagrel (voir ici).

Nous ne parlerons pas aujourd’hui de l’œuvre de Buxtehude, mais seulement des « Membra Jesu nostri » (abréviation du latin « Membra Jesu nostri patientis sanctissima humissima totius cordis devotione decantata », littéralement « Les très saints membres de notre Seigneur Jésus souffrant, chantés avec la plus humble dévotion de son cœur tout entier »). Ce recueil composé en 1680 comporte sept cantates, chacune évoquant une partie du corps blessé du Christ (Gilles Cantagrel propose d’appeler le recueil « Les sept plaies du Christ en croix »).

On retrouve ainsi les cantates Ad pedes (aux pieds), Ad genua (aux genoux), Ad manus (aux mains), Ad latus (au flanc), Ad pectus (à la poitrine), Ad cor (au cœur), Ad faciem (au visage), qui sont toutes découpées en 6 mouvements (consulter à ce sujet le bon article de Wikipédia : http://fr.wikipedia.org/wiki/Membra_Jesu_nostri). Le thème des cantates pourrait préparer l’auditeur à entendre un recueil affligé et une vision doloriste du Christ en croix. Il n’en est rien, et l’œuvre montre continuellement une image sereine, apaisée et méditative du martyre ; la musique, mettant en musique le poème spirituel médiéval Rhythmica Oratio invite donc plutôt le croyant à la réflexion dans la période de Pâques.

Nous vous proposons ici à l’écoute la version John Eliot Gardiner / Monteverdi Choir.
Sur Amazon sont disponibles plusieurs versions intéressantes, en particulier dans deux gammes chez Harmonia Mundi:

On trouvera les partitions des Membra Jesu nostri sur la Choral Public Domain Library : http://wso.williams.edu/cpdl/sheet/bux-750c.pdf


VN:F [1.0.8_357]
Note: 8.0/10 (17 votes)

Mots-clés: , ,

2 réponses à “Membra Jesu nostri, de Buxtehude”

  1. RICHARD CLaude dit :

    Juste une remarque: en 2007, on a célébré le TRIcentenaire de sa mort, et non le BIentenaire. Mais bon, ce n’est pas bien grave.
    Sinon: magnifique!!!

    VA:F [1.0.8_357]
    Note: 5.0/5 (1 vote)
  2. admin dit :

    En effet, petite erreur ! C’est corrigé :-)
    Merci pour votre message !

    Fabien

    VN:F [1.0.8_357]
    Note: 0.0/5 (0 votes)

Poster un commentaire