Le meilleur de la musique classique pour tous, jour après jour

La musique classique du jour


Lundi 9 mars 2009

La Passion selon saint Matthieu BWV 244 de Bach, 4ème partie (36-48)


Le reniement de Pierre

Le reniement de Pierre par Leonard Bramer, 1642 (source: Wikipedia)

Nous reprenons l’écoute de la Passion selon saint Matthieu BWV 244 de Jean-Sébastien Bach avec les numéros 36 à 48, qui correspondent à l’épisode du jugement de Jésus par Caïphe et Ponce Pilate (”Faux témoignage”). Les lecteurs arrivant sur cette page pourront revenir à l’écoute de la partie précédente (La veillée) ou encore au premier article de la série, présentation générale de l’œuvre. Pour replacer le passage dans le contexte, nous nous situons maintenant dans la deuxième partie de la Passion, avant laquelle Jésus a été arrêté et séparé de ses disciples pour être jugé par Caïphe, Grand Prêtre de Jérusalem, et Ponce Pilate (préfet de la province romaine de Judée).

36. Aria (alto) et choeur : “Ach, nun ist mein Jesus hin !”

Dialogue entre la Fille de Sion (symbolisant le peuple juif ou celui-ci au travers Marie, mère de Jésus) et les fidèles.

36. Ach, nun ist mein Jesus hin !
Arie (Alt) mit chor
– Solo :
Ach, nun ist mein Jesus hin !
Ist es möglich, kann ich schauen ?
Ach! mein Lamm in Tigerklauen,
Ach ! wo ist mein Jesus hin ?`
Ach ! was soll ich der Seele sagen,
Wenn sie mich wird ängstlich fragen ?
Ach ! wo ist mein Jesus hin ?

– Chor :
Wo ist denn dein Freund hingegangen,
O du Schönste unter den Weibern ?
Wo hat sich dein Freund hingewandt ?
So wollen wir mit dir ihn suchen.

Aria (alto) et choeur
– Solo :
Ah ! Hélas, m’as-tu quitté,
Dois-je le croire !
Tendre agneau, proie du tigre.
Où donc es-tu, doux Ami ?
Hélas que dire à ma pauvre âme,
Qui m’interroge anxieuse :
Ah ! où est mon doux Ami ?

– Chœur :
Où est-il l’ami de ton âme,
O toi la plus belle des femmes ?
Quelle route ont prise ses pas ?
En vain, auprès de toi, je cherche.

37. Récitatif: “Die aber Jesum gegriffen hatten”

Jésus est conduit chez Caïphe (Mt. 26:57-60) ; Caïphe est un grand prêtre du temple de Jérusalem, soucieux de préserver la tranquilité de la région et les bons termes avec les romains en évitant tout soulèvement.

Le Sanhédrin est un petit comité de sages juifs, tribunal pouvant instruire selon la loi juive.

37. Die aber Jesum gegriffen hatten
Rezitativ
– Evangelist :
Die aber Jesum gegriffen hatten, führeten ihn zu dem Hohenpriester Kaiphas, dahin die Schriftgelehrten und Ältesten sich versammlet hatten. Petrus aber folgete ihm ach von ferne bis in den Palast des Hohenpriesters und ging hinein und setzte sich bei den Knechten, auf daß er sähe, wo es hinaus wollte. Die Hohenpriester aber und Ältesten und der ganze Rat suchten falsches Zeugnis wider Jesum, auf daß sie ihn töteten, und fanden keines.
Récitatif
– L’évangéliste :
Alors la foule amena Jésus dans la demeure du chef des prêtres nommé Caïphe. Les scribes s’y étaient assemblés avec les anciens du peuple. Pierre qui de loin avait suivi la foule s’en vint aussi jusque chez Caïphe. Étant entré, parmi les valets il prit place, voulant savoir ce qu’il adviendrait. Les chefs des prêtres avec le Sanhédrin et tous les anciens recherchaient si quelque témoignage pouvait accabler Jésus, sans rien trouver.

38. Choral : “Mir hat die Welt trüglich gericht’”

Ce choral met en musique la 5ème strophe du chant In dich hab ich gehoffet, Herr, écrit par le poète allemand Adam Reusner (1496 - 1582).

38. Mir hat die Welt trüglich gericht’
Choral
Mir hat die Welt trüglich gericht’
Mit Lügen und mit falschem G’dicht,
Viel Netz und heimlich Stricken.
Herr, nimm mein wahr in dieser G’fahr
B’hüt mich vor falschen Tücken.
Choral
Le monde m’a trompé
Par des mensonges et des contes
Il m’a tendu son filet
Seigneur, prends pitié de moi en ce danger,
Protège-moi du mensonge.

39. Récitatif : “Und wiewohl viel falsche Zeugen herzutraten”

Aucun témoignage n’accable Jésus, et deux faux témoins se présentent (Mt. 26:61-63).

39. Und wiewohl viel falsche Zeugen herzutraten
Rezitativ
– Evangelist :
Und wiewohl viel falsche Zeugen herzutraten, fanden sie doch keins. Zuletzt traten herzu zween falsche Zeugen und sprachen :
– Erster und zweiter zuge :
Er hat gesagt : Ich kann den Tempel Gottes abbrechen und in dreien Tagen denselben bauen.
– Evangelist :
Und der Hohepriester stund auf und sprach zu ihm :
– Pontifex :
Antwortest du nichts zu dem, was diese wider dich zeugen ?
– Evangelist :
Aber Jesus schwieg stille.
Récitatif
– L’évangéliste :
Quel que fut le nombre de faux témoignages, ils ne trouvaient rien. Enfin deux faux témoins se présentèrent et dirent :
– Les deux témoins :
Il nous a dit : je puis réduire en cendres le temple et le rebâtir en trois jours jusqu’au faîte.
– L’évangéliste :
Le grand prêtre alors se leva, et dit ceci :
– Le souverain sacrificateur :
Quelle est ta réponse au fait que contre toi l’on invoque ?
– L’évangéliste :
Mais Jésus ne dit mot.

40. Récitatif (ténor): “Mein Jesus schweigt”

L’accompagnement des hautbois illustre la discipline que comme Jésus doivent s’imposer les fidèles dans la souffrance.

40. Mein Jesus schweigt
Rezitativ (Tenor)
Mein Jesus schweigt
Zu falschen Lügen stille,
Um uns damit zu zeigen,
Daß sein erbarmensvoller Wille
Für uns zum Leiden sei geneigt,
Und daß wir in dergleichen Pein
Ihm sollen ähnlich sein
Und in Verfolgung stille schweigen.
Récitatif (ténor)
Jésus se tait
Devant la calomnie :
Lui-même ainsi nous montre,
Dans son amour inépuisable,
Qu’il a souffert sans nul regret ;
Et quand viendra l’adversité,
Semblables au Sauveur,
Souffrons nos peines en silence.

41. Aria (ténor): “Geduld, wenn mich falsche Zungen stechen !”

Pour reprendre les commentaires du musicologue Edmond Lemaître, il est intéressant de constater ici la décomposition de l’accompagnement du continuo en deux thèmes, l’un sous forme de croches symbolisant la “patience” (Geduld) et l’autre (croche pointée - double croche) la souffrance de Jésus.

41. Geduld, wenn mich falsche Zungen stechen !
Aria (Tenor)
Geduld,
Wenn mich falsche Zungen stechen !
Leid ich wider meine Schuld
Schimpf und Spott,
Ei, so mag der liebe Gott
Meines Herzens Unschuld rächen.
Aria (ténor)
Tais-toi, mon coeur,
Si la calomnie se dresse, si son dard te blesse !
Accablé de mille maux, insulté, méprisé,
Bafoué, frappé, soit !
Je sais que mon Sauveur prendra
Soin de ma vengeance.

42. Choral : “Und der Hohepriester antwortete und sprach zu ihm”

Jésus répond qu’il est bien fils de Dieu et re-paraîtra dans toute sa gloire (Mt. 26:63-66) ; la foule demande alors sa mort dans un choeur de turba.

42. Und der Hohepriester antwortete und sprach zu ihm
Rezitativ
– Evangelist :
Und der Hohepriester antwortete und sprach zu ihm :
– Pontifex :
Ich beschwöre dich bei dem lebendigen Gott, daß du uns sagest, ob du seiest Christus, der Sohn Gottes.
– Evangelist :
Jesus sprach zu ihm :
– Jesus :
Du sagest’s. Doch sage ich euch : Von nun an wird ’s geschehen, daß ihr sehen werdet des Menschen Sohn sitzen zur Rechten der Kraft und kommen in den Wolken des Himmels.
– Evangelist :
Da zerriß der Hohepriester seine Kleider und sprach :
– Pontifex :
Er hat Gott gelästert ; was dürfen wir weiter Zeugnis ? Siehe, jetzt habt ihr seine Gotteslästerung gehoret. Was dünket euch ?
– Evangelist :
Sie antworteten und sprachen :
– Chor
Er ist des Todes schuldig !
Récitatif
– L’évangéliste :
Le grand prêtre prit alors la parole et dit ces mots :
– Le souverain sacrificateur :
Cette fois je t’en conjure par l’Eternel et te demande : Es-tu bien Christ, Fils de Dieu ?
– L’évangéliste :
Jésus répondit :
– Jésus :
Lui-même. De plus, écoutez : Bientôt le Fils de l’homme paraîtra dans toute sa gloire assis à la droite de Dieu, venant du ciel.
– L’évangéliste :
Déchirant alors ses vêtements, Caïphe cria :
– Le souverain sacrificateur :
Il a blasphémé, qu’importeraient d’autres preuves ? Voici : chacun a pu entendre son affreux blasphème. Qu’en pensez-vous ?
– L’évangéliste :
Alors tous lui répondirent :
– Chœur :
Pour son forfait qu’il meure !

43. Récitatif: “Da speieten sie aus in sein Angesicht”

Jésus est insulté par les juifs du Sanhédrin, dont la cruauté est soulignée par l’écho que se font les deux chœurs (“Weissage” = “Devine”) (Mt. 26:67-68).

43. Da speieten sie aus in sein Angesicht
Rezitativ
– Evangelist :
Da speieten sie aus in sein Angesicht und schlugen ihn mit Fäusten. Etliche aber schlugen ihn ins Angesicht und sprachen :
– Chor :
Weissage uns, Christe, wer ist’s, der dich schlug ?
Récitatif
– L’évangéliste :
Et tous alors lui crachèrent au visage et le frappèrent. Et quand tombaient sur son visage leurs soufflets, ils disaient :
– Choeur :
Devine, et désigne, qui donc t’a frappé ?

44. Choral : Wer hat dich so geschlagen”

Ce choral reprend le thème du sacrifice du Christ en mettant en musique la 3ème strophe du O Welt, sieh hier dein Leben de Paul Gerhardt (dont la 5ème strophe était utilisée dans le numéro 16 - le choral Ich bin’s, ich sollte büssen).

44. Wer hat dich so geschlagen
Choral
Wer hat dich so geschlagen,
Mein Heil, und dich mit Plagen
So übel zugericht’ ?
Du bist ja nicht ein Sünder
Wie wir und unsre Kinder ;
Von Missetaten weißt du nicht.
Choral
Qui frappe ton visage,
Seigneur, et qui t’outrage
Des plus cruels affronts ?
Agneau de Dieu, victime,
Tu saignes pour nos crimes,
Et tu nous laisses le pardon.

45. Récitatif: “Petrus aber saß draußen im Palast”

Pierre renie Jésus par deux fois lorsqu’il est reconnu disciple de Jésus par les servantes (Mt. 26:69-72).

45. Petrus aber saß draußen im Palast
Rezitativ
– Evangelist :
Petrus aber saß draußen im Palast ; und es trat zu ihm eine Magd und sprach :
–Erste magd :
Und du warest auch mit dem Jesu aus Galiläa.
– Evangelist :
Er leugnete aber vor ihnen allen und sprach :
– Petrus :
Ich weiß nicht, was du sagest.
– Evangelist :
Als er aber zur Tür hinausging, sahe ihn eine andere und sprach zu denen, die da waren :
– Zweite magd :
Dieser war auch mit dem Jesu von Nazareth.
– Evangelist :
Und er leugnete abermal und schwur dazu :
– Petrus :
Ich kenne des Menschen nicht.
– Evangelist :
Und über eine kleine Weile traten hinzu, die da standen, und sprachen zu Petro :
Récitatif
– L’évangéliste :
Pierre, près de la porte était assis, une servante vint à passer et dit :
– La première servante :
Et toi, tu étais avec Jésus de Galilée.
– L’évangéliste :
Alors il nia devant tout le monde, disant :
– Pierre :
Je ne sais ce que tu dis.
– L’évangéliste :
Mais voici qu’il gagnait la porte comme une autre servante entrait et celle-ci dit autour d’elle :
– La deuxième servante :
C’est bien l’un des gens de Jésus de Nazareth.
– L’évangéliste :
Cette fois il nia encore, et fit serment :
– Pierre :
J’ignore qui est cet homme.
– L’évangéliste :
Voici que peu d’instants après, toute une foule approcha, et dit à Pierre :

46. Choeur - Récitatif: “Wahrlich, du bist auch einer von denen”

La foule représentée par un choeur à quatre voix reconnaît alors de nouveau Pierre, qui renie Jésus pour la troisième fois (Mt. 26:73-75), comme annoncé par Jésus lors de la veillée (récitatif au numéro 22). C’est alors que chante le coq.

46. Wahrlich, du bist auch einer von denen
Chor, Rezitativ
– Chor :
Wahrlich, du bist auch einer von denen, denn deine Sprache verrät dich.
– Evangelist :
Da hub er an, sich zu verfluchen und zu schwören :
– Petrus :
Ich kenne des Menschen nicht.
– Evangelist :
Und alsbald krähete der Hahn. Da dachte Petrus an die Worte Jesu, da er zu ihm sagte : Ehe der Hahn krähen wird, wirst du mich dreimal verleugnen. Und ging heraus und weinete bitterlich.
Choeur, récitatif
– Choeur :
Certes, tu es bien l’un de ses hommes. Car ton langage t’accuse.
– L’évangéliste :
Il fit encore de grands serments, et répéta :
– Pierre :
J’ignore qui est cet homme.
– L’évangéliste :
Et aussitôt le coq chanta. Alors il se souvient de ces paroles que Jésus avait dites : avant que le coq chante, trois fois tu m’auras renié. Et il sortit pleurer amèrement.

47. Aria (alto) : “Erbarme dich”

Ce sublime mouvement en si mineur dépeint le désespoir de Pierre ayant renié Jésus. La partie de violon solo exprime les remords de l’apôtre, réalisant ce qu’il vient de faire et la vérité des paroles de Jésus.

47. Erbarme dich
Arie (Alt)
Erbarme dich,
Mein Gott, um meiner Zähren willen !
Schaue hier,
Herz und Auge weint vor dir
Bitterlich.
Aria (alto)
Pitié pour moi, Seigneur,
Je souffre et pleure et prie,
En mon coeur, quelle peine,
Quels tourments.
Pitié pour moi, Seigneur.

48. Choral : “Bin ich gleich von dir gewichen”

Basé sur le texte de la 6ème strophe du Werde munter, mein Gemüte de Johann Rist (1607 - 1667), ce choral illustre la faiblesse du pécheur reniant Jésus.

48. Bin ich gleich von dir gewichen
Choral
Bin ich gleich von dir gewichen,
Stell ich mich doch wieder ein ;
Hat uns doch dein Sohn verglichen
Durch sein Angst und Todespein.
Ich verleugne nicht die Schuld ;
Aber deine Gnad und Huld
Ist viel grögßer als die Sünde,
Die ich stets in mir befinde.
Choral
Tour à tour je te renie
Et reviens d’un coeur confus.
Se peut-il qu’hélas j’oublie
Mes promesses à Jésus !
Je succombe malgré moi,
Si ta grâce en qui j’ai foi
De sa claire et pure flamme
Ne vient ranimer mon âme.


Voici une sélection d’interprétations de la passion selon saint Matthieu, parmi lesquelles se trouve la version Karl Richter en écoute sur ce site :

  1. Version Philippe Herreweghe - Collegium Vocale Gent (avec Andreas School) : comme toujours la version Herreweghe est un enregistrement de grande qualité sonore, dans une version très dynamique
  2. Version Karl Richter : cette version de 1958 est celle qui est en écoute sur le site ; malgré l’âge, la qualité sonore reste très bonne ; cette sublime version annonce la redécouverte romantique des œuvres baroques dans la 2ème moitié du 20ème siècle. A posséder !
  3. Version Herbert von Karajan - Berliner Philharmoniker : une version “controversée” et déroutante mais cependant appréciée de beaucoup ; tempo très lent, sonorités éloignées de la musique baroque, etc.
  4. Version Klemperer : version plus romantique que baroque, mais d’une grandeur fascinante

Le livret de l’œuvre (textes + traduction en français) est disponible en PDF : Livret et traduction de la Passion selon saint Matthieu BWV 244 de Bach (source: Ensemble Orchestral de Paris). Comme toujours, les musiciens trouveront partitions libres de droit (au format PDF) et fichiers MIDI de l’oeuvre en téléchargement sur le site de l’IMSLP (http://www.imslp.org/wiki/St._Matthew_Passion,_BWV_244_(Bach,_Johann_Sebastian)), et surtout sur la Choral Public Domain Library : http://www.cpdl.org/wiki/index.php/Matth%C3%A4uspassion%2C_BWV_244_(Johann_Sebastian_Bach).


VN:F [1.0.8_357]
Note: 8.1/10 (14 votes)

Mots-clés: , , , , , , , ,

6 réponses à “La Passion selon saint Matthieu BWV 244 de Bach, 4ème partie (36-48)”

  1. La Passion selon saint Matthieu BWV 244 de Bach, 3ème partie (20-35) | La musique classique du jour dit :

    [...] « La Passion selon saint Matthieu BWV 244 de Bach, 2ème partie (11-19) La Passion selon saint Matthieu BWV 244 de Bach, 4ème partie (36-48) [...]

  2. La Passion selon saint Matthieu BWV 244 de Bach, approche générale | La musique classique du jour dit :

    [...] L’interrogatoire de Jésus et le reniement de Pierre (36 à 48) [...]

  3. La Passion selon saint Matthieu BWV 244 de Bach, 5ème partie (49-61) | La musique classique du jour dit :

    [...] À propos de musiquedujour.com « La Passion selon saint Matthieu BWV 244 de Bach, 4ème partie (36-48) [...]

  4. bouchard dit :

    43. Récitatif: “Da speieten sie aus in sein Angesicht”

    Jésus est insulté par les soldats dont la cruauté est soulignée par l’écho que se font les deux chœurs (“Weissage” = “Devine”) (Mt. 26:67-68).

    Le commentaire du numéro 43 est erroné. Ce n’est pas encore les soldats romains qui s’en prennent à Jésus, mais les juifs qui composent le Sanhédrin.

    VA:F [1.0.8_357]
    Note: 2.0/5 (1 vote)
  5. Vincent dit :

    Je m’intéresse de près à la Passion selon St Matthieu de Bach et ai commencé à utiliser votre important travail de présentation et de commentaire. Merci pour cet effort louable qui donne un accès tout de même aisé à une oeuvre magistrale de notre patrimoine culturel européen! Je suis par contre extrêmement surpris par la pauvreté de vos traductions, ou plutôt leur liberté. Il y a parfois des différences plus que de détail entre votre version française et la version allemande. Pourquoi de telles approximations qui risquent de faire perdre aux non-germanophones un relief parfois émouvant, parfois daté (mais tout comme le seront vos approximations…)?

    VA:F [1.0.8_357]
    Note: 0.0/5 (0 votes)
  6. admin dit :

    Bonjour,

    Merci beaucoup pour votre message. En effet, je regrette le choix d’une traduction “poétique” plutôt que juste ou textuelle (la traduction n’est pas de moi).

    Peut-être faudrait-il un jour que je prenne le temps de remplacer celle-ci…

    VN:F [1.0.8_357]
    Note: 5.0/5 (1 vote)

Poster un commentaire