Le meilleur de la musique classique pour tous, jour après jour

La musique classique du jour


Vendredi 20 février 2009

La Passion selon saint Matthieu BWV 244 de Bach, 2ème partie (11-19)


La Cène par Juan de Juanes (source: Wikipedia)

La Cène par Juan de Juanes (source: Wikipedia)


A la suite de l’article précédent, nous écoutons maintenant la deuxième partie de la Passion selon saint Matthieu BWV 244 de Jean-Sébastien Bach (1685 - 1750), qui comprend l’épisode du dernier repas du Christ, c’est-à-dire les numéros 11 à 19.

On pourra se reporter à l’introduction à la Passion selon saint Matthieu ou à l’étude de la première partie de l’œuvre (chœur d’introduction et épisode du “Parfum dépensé”).

On appelle cène le dernier repas pris par le Christ avec les douze disciples le soir avant la Pâque juive, c’est-à-dire la veille de sa crucifixion ; le mot provient du latin cena (repas du soir). On pourra se reporter à l’article de Wikipédia pour avoir plus d’information sur la cène, en particulier sa représentation dans l’art et son rôle religieux. On la retrouve dans l’évangile de saint Matthieu, 26:14-35.

11. Récitatif : “Da ging hin der Zwölfen einer”

La trahison de Judas (Mt 26:14-16)

D’après les évangiles synoptiques, Judas Iscariot était le dernier des douze disciples et assurait le rôle de trésorier de leur communauté ; pour cette raison, et bien entendu en référence au salaire de sa trahison, Judas est très souvent représenté tenant une bourse (voir Juan de JuanesLéonard de Vinci).

Judas est devenu dans la culture chrétienne l’image du traître, par son baiser désignant Jésus aux soldats venus l’arrêter et son iconographie courante en jaune a associé cette couleur à la traîtrise. Notons cependant que dans la culture chrétienne Judas n’est pas directement responsable de la mort du Christ, puisque les grands-prêtres avaient décidé d’arrêter celui-ci d’une manière ou d’une autre ; il est donc à ce titre considéré comme le moyen par lequel Jésus a été livré, mais non celui qui en a causé la mort.

11. Da ging hin der Zwölfen einer
Rezitativ
– Evangelist :
Da ging hin der Zwölfen einer, mit Namen Judas Ischarioth, zu den Hohenpriestern und sprach :
– Judas :
Was wollt ihr mir geben ? Ich will ihn euch verraten.
– Evangelist :
Und sie boten ihm dreißig Silberlinge. Und von dem an suchte er Gelegenheit, daß er ihn verriete.
Récitatif
– L’évangéliste :
Il advint que l’un des Douze, nommé Judas Iscariot, vit les chefs des prêtres, et dit :
– Judas :
Quel est mon salaire si je vous livre l’homme ?
– L’évangéliste :
Ils convinrent du prix de trente deniers. Et puis, il chercha le meilleur moment pour livrer Jésus.

12. Aria (soprano) : “Blute nur, du liebes Herz !”

Cet aria de forme da capo (reprise intégrale de l’air) vient commenter la trahison de Judas ; on notera qu’il n’est pas introduit par un arioso comme les autres arias, certainement à cause de son assocation avec la trahison de Judas.

12.Blute nur, du liebes Herz !
Arie (sopran)
Blute nur, du liebes Herz !
Ach, ein Kind, das du erzogen,
Das an deiner Brust gesogen,
Droht den Pfleger zu ermorden,
Denn es ist zur Schlange worden.
Aria (soprano)
Brise-toi, ô tendre cœur !
C’est, hélas, ton fils lui-même
Qui conspire pour te perdre,
Qui prépare ton supplice
Et qui lâchement te livre.

13. Récitatif : “Aber am ersten Tage der süßen Brot”

La préparation de Pâques (Mt 26:17)

Rappelons que manger la pâque signifie manger l’agneau pascal afin de célébrer la traversée de la mer Rouge des Hébreux ; du sang d’agneau peint sur les portes avait sauvé les nouveaux-nés en Égypte, Dieu ayant auparavant demandé à Moïse que chaque famille immole un agneau.

13. Aber am ersten Tage der süßen Brot
Rezitativ
– Evangelist :
Aber am ersten Tage der süßen Brot traten die Jünger zu Jesu und sprachen zu ihm :
Récitatif
– L’évangéliste :
Mais, le moment venu de manger la Pâque, les Douze vinrent vers Jésus, et dirent ceci :

14. Chœur : “Wo willst du”

On retrouve ici un choeur spontané très court.

14. Wo willst du
Chor
Wo willst du, daß wir dir bereiten, das Osterlamm zu essen ?
Chœur
Où Maître, faut-il donc nous rendre pour préparer la Pâque ?

15. Récitatif : “Er sprach”

Mt 26:18-22

Toujours auréolé du continuo et du quatuor à cordes, Jésus envoie ses disciples à la ville; lors du repas de la Pâque, il révèle aux disciples déconcertés que l’un d’entre-eux le livrera sous peu ; ceux-ci interviennent alors successivement dans un choeur spontané pour demander au Christ s’il s’agit d’eux. La question est posée à onze reprises, Bach symbolisant l’absence de question de la part de Judas.

15. Er sprach
Rezitativ
– Evangelist :
Er sprach :
– Jesus :
Gehet hin in die Stadt zu einem und sprecht zu ihm : Der Meister läßt dir sagen : Meine Zeit ist hier, ich will bei dir die Ostem halten mit meinen Jüngern .
– Evangelist :
Und die Jünger taten, wie ihnen Jesus befohlen hatte, und bereiteten das Osterlamm. Und am Abend setzte er sich zu Tische mit den Zwölfen. Und da sie aßen, sprach er :
– Jesus :
Wahrlich, ich sage euch : einer unter euch wird mich verraten.
– Evangelist :
Und sie wurden sehr betrübt und huben an, ein jeglicher unter ihnen, und sagten zu ihm :
– Chor :
Herr, bin ich’s ?
Récitatif
– L’évangéliste :
Il dit :
– Jésus :
Allez à la ville chez un tel et vous lui direz : Le Maître te fait dire : Mon heure est venue, je veux faire chez toi la Pâque avec mes disciples.
– L’évangéliste :
Les disciples firent comme le Maître l’avait prescrit, et Jésus vint pour la Pâque. Et le soir venu, tandis qu’il mangeait avec les Douze, il leur dit ces paroles :
– Jésus :
Sachez en vérité que par l’un de vous ma mort s’apprête !
– L’évangéliste :
Affligé dans son esprit et anxieux, chacun des disciples dit tour à tour à Jésus :
– Chœur des disciples :
Moi, Seigneur ?

16. Choral : “Ich bin’s, ich sollte büßen”

Ce choral exprime l’acceptation par l’humanité chrétienne entière de la responsabilité dans la mort du Christ. Il provient de la 5ème strophe du cantique O Welt, sieh hier dein Leben de Paul Gerhardt (1607 - 1676).

16. Ich bin’s, ich sollte büßen
Choral
Ich bin’s, ich sollte büßen,
An Händen und an Füßen
Gebunden in der Höll.
Die Geißeln und die Banden,
Und was du ausgestanden,
Das hat verdienet meine Seel.
Choral
C’est moi, c’est moi, le traître,
Indigne d’un tel Maître,
J’ai mérité la mort.
Enfer, viens de ta flamme
Purifier mon âme,
Sous les tourments briser mon corps.

17. Récitatif : “Er antwortete und sprach”

Mt 26:23-29

On trouve ici l’un des plus beaux récitatifs de l’œuvre, en arioso pour la deuxième partie chantée par Jésus.

Par des mots terribles, Jésus annonce un destin douloureux au traître (Judas se suicidera après la trahison), et confirme à Judas qu’il sera livré par lui sur un : “Du sagest’s” (”Tu le dis toi-même”) dramatique, particulièrement accentué par la descente du quatuor à cordes.

Dans la deuxième partie du récitatif, Jésus prononce les célèbres paroles du sacrement de l’Eucharistie (célébration du sacrifice du Christ), accompagné par les cordes ayant évolué d’un rôle harmonique à un rôle mélodique. Ce passage du récitatif secco à l’arioso est voulu par Bach pour donner une valeur particulière aux paroles du Christ.

17. Er antwortete und sprach
Rezitativ
– Evangelist :
Er antwortete und sprach :
– Jesus :
Der mit der Hand mit mir in die Schüssel tauchet, der wird mich verraten. Des Menschen Sohn gehet zwar dahin, wie von ihm geschrieben stehet ; doch wehe dem menschen, durch welchen des Menschen Sohn verraten wird ! Es wäre ihm besser, daß derselbige Mensch noch nie geboren wäre.
– Evangelist :
Da antwortete Judas, der ihn verriet, und sprach :
– Judas :
Bin ich’s, Rabbi ?
– Evangelist :
Er sprach zu ihm :
– Jesus :
Du sagest’s.
– Evangelist :
Da sie aber aßen, nahm Jesus das Brot, dankete und brach’s und gab’s den Jüngern und sprach :
– Jesus :
Nehmet, esset, das ist mein Leib.
– Evangelist :
Und er nahm den Kelch und dankete, gab ihnen den und sprach :
– Jesus :
Trinket alle daraus ; das ist mein Blut des neuen Testaments, welches vergossen wird für viele zur Vergebung der Sünden. Ich sage euch: Ich werde von nun an nicht mehr von diesem Gewächs des Weinstocks trinken, bis an den Tag, da ich’s neu trinken werde mit euch in meines Vaters Reich.
Récitatif
– L’évangéliste :
Voici ce qu’il répondit :
– Jésus :
Qui met sa main au plat avec la mienne, celui-là me livre. Le Fils de l’homme doit vous quitter, les Prophètes vous l’annoncent ; mais malheureux l’homme, par qui le Fils de l’homme sera livré ! Car pour celui-là, il aurait mieux valu ne pas venir au monde .
– L’évangéliste :
A ces mots, le disciple qui le livrait lui dit :
– Judas :
Est-ce moi, Rabbi ?
– L’évangéliste :
Il répondit :
– Jésus :
Toi-même.
– L’évangéliste :
Pendant qu’ils mangeaient, ayant pris du pain, Jésus le rompit, et rendant grâce, il leur dit :
– Jésus :
Prenez, mangez, voici mon corps.
– L’évangéliste :
Puis il prit la coupe et rendit grâce ; et dit, la leur offrant :
– Jésus :
Buvez tous de ceci, car c’est mon sang, le sang de l’alliance versé pour toute la terre, pour le salut des âmes. Je vous le dis : les temps sont venus, et jamais plus je ne boirai du fruit de la vigne, avant le jour où, là-haut, avec vous, j’en boirai près du trône éternel.

18. Récitatif (soprano) : “Wie wohl mein Herz in Tränen schwimmt”

Arioso plaintif accompagné par deux hautbois d’amours.

18. Wie wohl mein Herz in Tränen schwimmt
Rezitativ (sopran)
Wie wohl mein Herz in Tränen schwimmt,
Daß Jesus von mir Abschied nimmt,
So macht mich doch sein Testament erfreut :
Sein Fleisch und Blut, o Kostbarkeit,
Vermacht er mir in meine Hände.
Wie er es auf der Welt mit denen Seinen
Nicht böse können meinen
So liebt er sie bis an das Ende.
Récitatif (soprano)
Comment ne pas gémir, mon coeur,
Quand Jésus loin de moi s’en va ?
Son Testament est désormais ma joie :
Sa chair, son sang, trésors sans prix,
A moi, pécheur, il les confie.
Ainsi qu’il détourna sur cette terre
Du mal ceux qu’il aimait,
Il veillera sur eux sans cesse.

19. Aria (soprano) : “Ich will dir mein Herze schenken”

Les hautbois d’amour restent présents dans cet air d’adoration de Jésus, dont le ton joyeux n’a rien de comparable avec les plaintes du numéro précédent.

19. Ich will dir mein Herze schenken
Aria (sopran)
Ich will dir mein Herze schenken,
Senke dich, mein Heil, hinein.
Ich will mich in dir versenken ;
Ist dir gleich die Welt zu klein,
Ei, so sollst du mir allein
Mehr als Welt und Himmel sein.
Aria (soprano)
Sur mon cœur qui veut te plaire
Penche-toi jusqu’à lui, mon Bien-Aimé !
En tes bras, je m’abandonne,
Et toi dont le monde est plein,
Si tu m’aimes, il n’y a rien de plus beau
Sur la terre et dans les cieux.

Les numéros de cette deuxième partie de l’œuvre sont disponibles à l’écoute ici ; pour en écouter la suite on lira l’article sur la scène de la veillée et l’arrestation au mont des Oliviers, sinon pourra revenir à l’article général sur la Passion selon saint Matthieu.

Voici une sélection d’interprétations de la passion selon saint Matthieu, parmi lesquelles se trouve la version Karl Richter en écoute sur ce site :

  1. Version Philippe Herreweghe - Collegium Vocale Gent (avec Andreas School) : comme toujours la version Herreweghe est un enregistrement de grande qualité sonore, dans une version très dynamique
  2. Version Karl Richter : cette version de 1958 est celle qui est en écoute sur le site ; malgré l’âge, la qualité sonore reste très bonne ; cette sublime version annonce la redécouverte romantique des œuvres baroques dans la 2ème moitié du 20ème siècle. A posséder !
  3. Version Herbert von Karajan - Berliner Philharmoniker : une version “controversée” et déroutante mais cependant appréciée de beaucoup ; tempo très lent, sonorités éloignées de la musique baroque, etc.
  4. Version Klemperer : version plus romantique que baroque, mais d’une grandeur fascinante

Le livret de l’œuvre (textes + traduction en français) est disponible en PDF : Livret et traduction de la Passion selon saint Matthieu BWV 244 de Bach (source: Ensemble Orchestral de Paris). Comme toujours, les musiciens trouveront partitions libres de droit (au format PDF) et fichiers MIDI de l’oeuvre en téléchargement sur le site de l’IMSLP (http://www.imslp.org/wiki/St._Matthew_Passion,_BWV_244_(Bach,_Johann_Sebastian)), et surtout sur la Choral Public Domain Library : http://www.cpdl.org/wiki/index.php/Matth%C3%A4uspassion%2C_BWV_244_(Johann_Sebastian_Bach).


VN:F [1.0.8_357]
Note: 9.2/10 (5 votes)

Mots-clés: , , , , , , ,

4 réponses à “La Passion selon saint Matthieu BWV 244 de Bach, 2ème partie (11-19)”

  1. La Passion selon saint Matthieu BWV 244 de Bach, 1ère partie (1-10) | La musique classique du jour dit :

    [...] « La Passion selon saint Matthieu BWV 244 de Bach, approche générale La Passion selon saint Matthieu BWV 244 de Bach, 2ème partie (11-19) [...]

  2. La Passion selon saint Matthieu BWV 244 de Bach, approche générale | La musique classique du jour dit :

    [...] La cène (le dernier repas) (12 à 19) [...]

  3. La Passion selon saint Matthieu BWV 244 de Bach, 3ème partie (20-35) | La musique classique du jour dit :

    [...] À propos de musiquedujour.com « La Passion selon saint Matthieu BWV 244 de Bach, 2ème partie (11-19) [...]

  4. M'boua Emmanuel dit :

    que le tout puissant nous vienne en aide

    VA:F [1.0.8_357]
    Note: 0.0/5 (0 votes)

Poster un commentaire