Warning: mysql_list_fields() [function.mysql-list-fields]: Unable to save MySQL query result in /home/musiqued/www/wp-content/plugins/facebook-like-button/Add_Facebook_Like.php on line 72

Warning: mysql_num_fields(): supplied argument is not a valid MySQL result resource in /home/musiqued/www/wp-content/plugins/facebook-like-button/Add_Facebook_Like.php on line 74

Warning: in_array() [function.in-array]: Wrong datatype for second argument in /home/musiqued/www/wp-content/plugins/facebook-like-button/Add_Facebook_Like.php on line 80

Warning: in_array() [function.in-array]: Wrong datatype for second argument in /home/musiqued/www/wp-content/plugins/facebook-like-button/Add_Facebook_Like.php on line 84

Warning: in_array() [function.in-array]: Wrong datatype for second argument in /home/musiqued/www/wp-content/plugins/facebook-like-button/Add_Facebook_Like.php on line 88

Warning: in_array() [function.in-array]: Wrong datatype for second argument in /home/musiqued/www/wp-content/plugins/facebook-like-button/Add_Facebook_Like.php on line 92

Warning: in_array() [function.in-array]: Wrong datatype for second argument in /home/musiqued/www/wp-content/plugins/facebook-like-button/Add_Facebook_Like.php on line 96

Warning: in_array() [function.in-array]: Wrong datatype for second argument in /home/musiqued/www/wp-content/plugins/facebook-like-button/Add_Facebook_Like.php on line 100

Warning: in_array() [function.in-array]: Wrong datatype for second argument in /home/musiqued/www/wp-content/plugins/facebook-like-button/Add_Facebook_Like.php on line 104

Warning: in_array() [function.in-array]: Wrong datatype for second argument in /home/musiqued/www/wp-content/plugins/facebook-like-button/Add_Facebook_Like.php on line 108
Musique Instrumentale | La musique classique du jour - Partie 2
Le meilleur de la musique classique pour tous, jour après jour

La musique classique du jour


Archives de la catégorie ‘Musique instrumentale’

Lundi 19 septembre 2011

Chaconne de la partita n°2 pour violon solo BWV 1004, de Bach


Un grand classique de violon solo, mais qui reste indémodable : la chaconne de la partita n°2 pour violon solo BWV 1004, de Bach.

Composée entre 1717 et 1723, cette chaconne est reconnue comme un achèvement de l’art baroque pour violon solo, car elle fait appel à pratiquement toutes les techniques de l’époque. Elle est de nos jours exigée dans pratiquement tous les concours et auditions de violon.

Partie 1 :

Partie 2 :

Les musiciens pourront en trouver la partition libre de droit dans les pages de l’IMSLP : partition de la chaconne de bach.

À noter pour les grands amateurs de Bach, l’existence d’un CD admirable publié suite à la découverte d’un musicologue : l’enchaînement des tonalités dans la chaconne présente des analogies avec celui de chorals d’une cantate (BWV 4), au point que le violoniste Christoph Poppen et le Hilliard Ensemble ont superposé ces deux œuvres pour un résultat des plus intéressants.

Le résultat peut être écouté dans le CD “Morimur”, qui vaut certainement l’investissement :

Morimur, par Christoph Poppen et The Hilliard Ensemble

Morimur, par Christoph Poppen et The Hilliard Ensemble


VN:F [1.0.8_357]
Note: 7.8/10 (13 votes)

Mercredi 10 mars 2010

Fantaisie pour un gentilhomme de Rodrigo


Buste de Joaquín Rodrigo (source: Wikipedia)

Buste de Joaquín Rodrigo (source: Wikipedia)

Nous reviendrons aujourd’hui sur un grand compositeur espagnol de la période moderne évoqué l’année dernière, pour son Concerto d’Aranjuez : Joaquín Rodrigo (1901 - 1999)


(2ème mouvement)

Nous écouterons cette fois une autre œuvre majeure de son répertoire, également sous la forme d’un concerto pour la guitare : la Fantaisie pour un gentilhomme.

Composée en 1954, soit environ 15 ans après le concerto d’Aranjuez, la Fantaisie pour un gentilhomme est une commande du guitariste espagnol Andres Segovia (1893 - 1987) ; le gentilhomme du titre désignerait d’ailleurs… le virtuose dédicataire lui-même. La création de l’œuvre eut lieu à San Francisco en 1958, la partie soliste étant jouée à cette occasion par Andres Segovia.

L’œuvre, qui dure une vingtaine de minutes, est découpée en quatre mouvements inspirés de danses composées au 17è siècle par Gaspar Sanz.

Chacun des mouvements a ses spécificités :

  1. Le premier mouvement Villano y Ricercare présente une série de variations sur un thème simple de G. Sanz (Villano), puis continue sur une sorte de fugue simplifiée (un ricercare est une ancienne forme musicale, moins élaborée que la fugue…).
  2. Le deuxième mouvement s’ouvre sur une belle pièce lyrique construite autour d’un motif obsédant (Españoleta). Ce thème est introduit par la guitare solo, largement accompagné par cordes et hautbois. Ce thème est interrompu par un passage rapide, légèrement dissonant et rythmé nommé Fanfare de la Caballería de Nápoles. On revient finalement au thème principal dans un puissant et sublime tutti de l’orchestre introduit par le motif de la guitare.
  3. La Danza de las Hachas (Danse des haches) est un intermède rythmé qui assure la transition entre le deuxième mouvement, lent et triste, et le final, rapide et joyeux.
  4. Le final, Canario, est à rapprocher de thèmes musicaux rapportés des îles Canaris par G. Sanz.


VN:F [1.0.8_357]
Note: 8.9/10 (20 votes)

Jeudi 16 juillet 2009

Suite Holberg pour cordes, op.40 de Grieg


Edvard Grieg par Eilif Peterssen (1891)

Edvard Grieg par Eilif Peterssen (1891)Source: Wikipedia

Après une longue absence, musiquedujour.com va essayer de revenir progressivement a un rythme régulier d’articles, pour continuer de vous faire découvrir ou redécouvrir le meilleur de la musique “savante”.
Pour ce retour, nous quitterons les compositeurs habituels pour écouter une œuvre relativement célèbre d’un compositeur moins courant, avec la Suite Holberg op.40 d’Edvard Grieg.

Edvard Grieg (1843 - 1907) est un compositeur norvégien de la période romantique ; de nos jours, sa célébrité auprès du public français est essentiellement établie grâce à son concerto pour piano (op.16) ainsi qu’à ses suites Peer Gynt (op. 46 et op. 55). Grieg est cependant dans les pays scandinaves un véritable génie, pianiste et compositeur talentueux. Ses œuvres sont particulièrement célèbres en Norvège, et on les considère souvent comme l’identité musicale de son pays, mélange de tradition, folkore musical et romantisme européen de la fin du XIXème siècle (influence allemande).

Né à Bergen en Norvège d’un père diplomate britannique et d’une mère professeur de piano, Berg étudia la musique à Leipzig en Allemagne, puis à Copenhague, et retourna dans son pays natal afin d’y diffuser la musique classique (il fonde à Oslo en 1867 l’Académie norvégienne de musique). Face au peu de succès du début de sa carrière norvégienne, Grieg dut ajouter à la composition un travail de chef d’orchestre, chef de choeur et pianiste ; afin d’atteindre un public plus réceptif à ses compositions, il se lança rapidement dans des tournées dans les capitales européennes, au cours desquelles il rencontra les grands compositeurs de son temps : Wagner, Liszt, Brahms ou encore Tchaïkovski.

L’influence romantique sur sa musique est indéniable, mais elle reste empreinte d’un folklore nordique qu’on ne retrouve ailleurs. Pour beaucoup, Grieg est comparable à Frédéric Chopin pour les pays scandinaves, et on dit souvent que son oeuvre pour piano préfigure celle de Debussy (1862 - 1918).

La Suite Holberg op.40 (de son vrai nom : “Suite op.40 : Du temps de Holberg” - et originellement nommée “Suite dans le style ancien”) a été écrite en 1884 pour la célébration du 200ème anniversaire de la naissance de l’écrivain et dramaturge danois Ludvig Holberg (1684 - 1754), “Molière scandinave” lui aussi originaire de Bergen (alors sous le règne danois). Notons d’emblée que ces dates font de Holberg un contemporain de Jean-Sébastien Bach (1685 - 1750) ; on ne s’étonnera alors pas que le “style ancien” voulu par Grieg nous fasse sans hésitation penser à certaines compositions de Bach. La suite est écrite selon un découpage baroque du XVIIIème siècle en cinq mouvements de danse : prélude, sarabande, gavotte, air et rigaudon. On identifiera facilement dans l’oeuvre des passages rappelant des danses folkloriques (en particulier dans le rigaudon).

Composé à l’origine pour piano, l’arrangement de Grieg pour orchestre de cordes est plus connu de nos jours.

Les musiciens trouveront les partitions de la version piano et de l’arrangement pour orchestre au format PDF et libres de droit sur le site de l’IMSLP : partitions de la suite Holberg op.40 (PDF).


VN:F [1.0.8_357]
Note: 8.5/10 (21 votes)

Vendredi 20 mars 2009

La Passion selon saint Matthieu BWV 244 de Bach, 6ème partie - final (62-78)


Pieta de Rogier van der Weyden (1450)

Pieta, de Rogier van der Weyden (1450)

Nous achevons aujourd’hui notre écoute de la Passion selon saint Matthieu BWV 244 de Jean-Sébastien Bach, avec cette 6ème et dernière partie qui compte des numéros parmi les plus beaux de l’œuvre (62 à 78). L’épisode mis en musique est celui de la crucifixion et de la mise au tombeau de Jésus.
Cet article fait suite à la 5ème partie (condamnation de Jésus par la foule) ; on pourra également revenir à l’article d’introduction à la Passion selon saint Matthieu.

62. Récitatif : “Da nahmen die Kriegsknechte”

Jésus reçoit la couronne d’épines des soldats (Mt. 27:27-30).

Le choeur de turba “Gegrüßet seist du, Judenkönig !” des soldats moqueurs est un de ces magnifiques double chœur dont l’œuvre est parsemée.

62. Da nahmen die Kriegsknechte
Rezitativ
– Evangelist :
Da nahmen die Kriegsknechte des Landpflegers Jesum zu sich in das Richthaus und sammleten über ihn die ganze Schar und zogen ihn aus und legeten ihm einen Purpurmantel an und flochten eine Dornenkrone und setzten sie auf sein Haupt und ein Rohr un seine rechte Hand und beugeten die Knie vor ihm und spotteten ihn und sprachen :
– Chor :
Gegrüßet seist du, Judenkönig !
– Evangelist :
Und speieten ihn an und nahmen das Rohr und schlugen damit sein Haupt.
Récitatif
– L’évangéliste :
Jésus fut alors amené par les soldats au milieu du prétoire. Ceux-ci s’assemblèrent autour de lui, lui prirent sa robe et d’un manteau de pourpre le revêtirent ; ils enfoncèrent sur sa tête une couronne tressée d’épines, et lui mirent un roseau en main ; puis s’inclinant profondément, ils le raillaient ainsi :
– Chœur :
Ton règne arrive, Roi d’Israël !
– L’évangéliste :
Ils crachaient sur lui, prenaient le roseau et frappaient surtout son visage.

63. Choral: “O Haupt voll Blut und Wunden”

Ce choral emprunte de nouveau les mots de Paul Gerhardt (1656), plus précisemment les deux premières strophes du cantique “O Haupt voll Blut und Wunden”, d’où proviennent également le texte du choral du numéro 21 “Erkenne mich, mein Hüter”. Bach rappelle ici la grandeur du visage de Jésus malgré les outrages qu’il subit.

63. O Haupt voll Blut und Wunden
Choral
O Haupt voll Blut und Wunden,
Voll Schmerz und voller Hohn,
O Haupt, zu Spott gebunden
Mit einer Dornenkron
O Haupt, sonst schön gezieret
Mit höchster Ehr und Zier,
Jetzt aber hoch schimpfieret,
Gegrüßet seist du mir !
Du edles Angesichte,
Vor dem sonst schrickt und scheut
Das große Weltgerichte,
Wie bist du so bespeit ;
Wie bist du so erbleichet !
Wer hat dein Augenlicht,
Dem sonst kein Licht nicht gleichet,
So schändlich zugericht’ ?
Choral
Caché sous leurs souillures,
Blêmi par la douleur
Saignant de tes blessures,
Tu gardes ta splendeur.
Au milieu des outrages,
Plus pur plus radieux,
Tu brilles ô visage,
O face de mon Dieu !
O Toi dont la stature
Fait trembler l’imposteur
Maître de la Nature,
Tu t’offres à ma douleur
Lumière incomparable,
Même aux joyaux des cieux,
O visage admirable,
Qui a éteint tes yeux ?

64. Récitatif: “Und da sie ihn verspottet hatten”

Jésus est conduit par les soldats sur le lieu du supplice (Mt. 27:31-32).

Ils croisent sur le chemin Simon de Cyrène, qui est contraint d’aider Jésus à porter la croix.

Simon de Cyrène aide Jésus à porter la croix (source: Wikipedia)

Simon de Cyrène aide Jésus à porter la croix (source: Wikipedia)

64. Und da sie ihn verspottet hatten
Rezitativ
– Evangelist :
Und da sie ihn verspottet hatten, zogen sie ihm den Mantel aus und zogen ihm seine Kleider an und führeten ihn hin, daß sie ihn kreuzigten. Und indem sie hinausgingen, fanden sie einen Menschen von Kyrene, mit Namen Simon ; den zwangen sie daß er ihm sein Kreuz trug.
Récitatif
L’évangéliste :
Après l’avoir ainsi raillé, ils lui ôtèrent le manteau et mirent sur lui ses vêtements pour l’emmener enfin au lieu du supplice. Et voici que sur la route vint à passer un homme de Cyrène nommé Simon, qu’ils contraignirent à porter la croix .

65. Récitatif (basse): “Ja freilich will in uns das Fleisch und Blut”

Le soliste est ici accompagné de deux flûtes et d’une viole de gambe.

65. Ja freilich will in uns das Fleisch und Blut
Rezitativ (Bass)
Ja freilich will in uns das Fleisch und Blut
Zum Kreuz gezwungen sein ;
Je mehr es unsrer Seele gut,
Je herber geht es ein.
Récitatif (basse)
Oh ! Viens sur mes épaules, sainte croix,
Et mortifie ma chair
Car la céleste joie s’obtient
Par la douleur du corps.

66. Aria (basse): “Komm, süßes Kreuz”

Le soliste basse est accompagné par un motif complexe à la viole de gambe et le continuo. Il symbolise un croyant que la foi rend prêt à affronter les souffrances.

66. Komm, süßes Kreuz
Arie (Bass)
Komm, süßes Kreuz, so will ich sagen,
Mein Jesu, gib es immer her !
Wird mir mein Leiden einst zu schwer,
So hilfst du mir es selber tragen.
Aria (basse)
Viens, douce croix,
Jésus, laisse-moi t’aider
Lorsque ma souffrance me sera trop lourde
Tu m’aideras à la porter.

67. Récitatif: “Und da sie an die Stätte kamen mit Namen Golgatha”

On lui retire ses vêtements puis Jésus est crucifié (Mt. 27:33-40). On retrouve ici la foule railleuse dans un beau double choeur.

Partage des habits de Jésus, peinture de Bernhard Strigel, 1520 (source: Wikipedia)

Partage des habits de Jésus, peinture de Bernhard Strigel, 1520 (source: Wikipedia)

Le Golgotha (ou calvaire) est une colline où les romains crucifiaient les condamnés, à l’extérieur des remparts de Jérusalem. Son nom proviendrait de l’araméen signifiant crâne, soit du fait de la présence d’ossements, soit de la forme du sommet de la colline.

La colline du Golgotha (source: Wikipedia)

La colline du Golgotha (source: Wikipedia)

67. Und da sie an die Stätte kamen mit Namen Golgatha
Rezitativ
– Evangelist :
Und da sie an die Stätte kamen mit Namen Golgatha, das ist verdeutschet Schädelstätt’, gaben sie ihm Essig zu trinken mit Gallen vermischet ; und da er’s schmeckete,
wollte er’s nicht trinken. Da sie ibn aber gekre uziget hatten, teilten sie seine Kleider und warfen das Los darum, auf daß erfüllet würde, das gesagt ist durch den Propheten ; Sie haben meine Kleider unter sich geteilet, und über mein Gewand haben sie das Los geworfen. Und sie saßen allda und hüteten sein. Und oben zu seinem Haupte hefteten sie die Ursach seines Todes beschrieben, nämlich : Dies ist Jesus, der Juden König. Und da wurden zween Mörder mit ihm gekreuziget, einer zur Rechten und einer zur Linken. Die aber vorübergingen, lästerten ihn und schüttelten ihre Köpfe und sprachen :
– Chor :
Der du den Tempel Gottes zerbrichst und bauest ihn in dreien Tagen, hilf dir selber ! Bist du Gottes Sohn, so steig herab vom Kreuz !
– Evangelist :
Desgleichen auch die Hohenpriester spotteten sein, samt den Schriftgelehrten und Ältesten, und sprachen :
– Chor :
Andern hat er geholfen und kann sich selber nicht helfen. Ist er der König Israels, so steige er nun vom Kreuz, so wollen wir ihm glauben. Er hat Gott vertrauet ; der erlöse ihn nun, lüstet’s ihn ; denn er hat gesagt : Ich bin Gottes Sohn.
Récitatif
– L’évangéliste :
Puis étant arrivés au lieu que l’on nomme Golgotha, ce qui veut dire Calvaire, ils lui présentèrent à boire du fiel dans du vinaigre. Jésus l’ayant goûté n’en voulut pas boire. Après qu’ils l’eurent cloué sur la croix, ils firent plusieurs parts des habits, voulant les jouer aux dés : afin que s’accomplisse ce qu’annoncent les Ecritures : Entre eux, de mes habits ils ont fait le partage ; ils ont jeté les dés pour savoir qui aurait ma robe. Ils s’assirent non loin, veillant sur Jésus. Ensuite sur sa tête furent tracés quelques mots pour expliquer son supplice, ainsi : C’est Jésus, le Roi des Juifs. Avec lui deux brigands furent mis en croix, l’un à sa droite, et l’autre à sa gauche. Tous ceux qui passaient par là jetaient quelque injure ; ou bien secouant la tête disaient :
– Choeur :
Toi qui te flattes de démolir et rebâtir le temple en trois journées, qui t’empêche de te sauver, Toi le Fils de Dieu ! Descends de cette croix !
– L’évangéliste :
Les chefs des prêtres, les scribes et les anciens se moquaient aussi de Jesus et disaient :
– Choeur :
Tel dit sauver les autres qui pour lui-même est sans force ! Toi qui te dis Roi d’Israël descends de cette croix ! Et nous voulons te croire puisque Dieu t’envoie, qu’il délivre son Christ, son élu ; car n’as-tu pas dit : Je suis Fils de Dieu !

68. Récitatif: “Desgleichen schmäheten ihn auch die Mörder”

68. Desgleichen schmäheten ihn auch die Mörder
Rezitativ
– Evangelist :
Desgleichen schmäheten ihn auch die Mörder, die mit ihm gekreuziget wurden.
Récitatif
– L’évangéliste :
Jusqu’aux brigands auprès de Lui en croix qui l’accablaient de leurs invectives.

69. Récitatif (alto): “Ach, Golgatha, unsel’ges Golgatha !”

La soliste est accompagnée ici dans sa plainte par deux hautbois de chasse et les échos du continuo.

69. Ach, Golgatha, unsel’ges Golgatha !
Rezitativ (Alt)
Ach, Golgatha, unsel’ges Golgatha !
Der Herr der Herrlichkeit muß schimpflich hier verderben ,
Der Segen und das Heil der Welt
Wird als ein Fluch ans Kreuz gestellt.
Dem Schöpfer Himmels und der Erden
Soll Erd und Luft entzogen werden.
Die Unschuld muß hier schuldig sterben,
Das gehet meiner Seele nah ;
Ach, Golgatha, unsel’ges Golgatha !
Récitatif (alto)
Ah ! Golgotha, funeste Golgotha !
Le Roi des Rois périt ici comme un esclave.
La paix du monde et son salut
Ont pour rançon le sang divin,
Au Créateur de toutes choses,
La terre et l’air sont refusés ;
Le juste meurt pour les coupables :
Mon coeur se brise de douleur.
Ah ! Golgotha, funeste Golgotha !

70. Aria (alto) et choeur: “Sehet, Jesus hat die Hand”

Dans cet aria qui nous ramène à une tonalité plus joyeuse, les croyants sont invités à vivre avec Jésus, sachant que celui-ci est avec eux.

70. Sehet, Jesus hat die Hand
Rezitativ (Alt) mit Chor
Sehet, Jesus hat die Hand
Uns zu fassen ausgespannt.
Kommt – Wohin ? – in Jesu Armen !
Sucht Erlösung, nehmt Erbarmen,
Suchet – Wo ? – in Jesu Armen !
Lebet, sterbet, ruhet hier,
Ihr verlass’nen Küchlein ihr,
Bleibet – Wo ? – in Jesu Armen !
Récitatif (alto) et choeur
Peuple, vois, ô peuple, vois Jésus
Et sa main vers nous tendue.
Viens ! – Où donc ? – Où Jésus t’offre un doux asile,
Appuie ta tête sur sa poitrine,
Viens ! – Où ? – Sur sa poitrine.
Vivre, et puis s’éteindre dans ses bras
Tel doit être ton espoir.
Reste ! – Où ? – Sur sa poitrine.

71. Récitatif: “Und von der sechsten Stunde”

Les dernières paroles de Jésus et sa mort (Mt. 27:45-50).

Jésus prononce ses dernières paroles, à l’intention de Dieu : “Eli, Eli, lama asabthani” (Mein Gott, mein Gott, warum hast du mich verlassen ; Mon Dieu, mon Dieu pourquoi m’as-tu abandonné ?). On notera en particulier l’absence - unique dans l’oeuvre - de l’auréole du quatuor à cordes autour de ces paroles du Christ ; le seul continuo étant présent, on peut interprèter ce changement comme l’image de l’abanbon divin.

71. Und von der sechsten Stunde
Rezitativ
– Evangelist :
Und von der sechsten Stunde an ward eine Finsternis über das ganze Land, bis zu der neunten Stunde. Und um die neunte Stunde schriee Jesus laut und sprach :
– Jesus :
Eli, Eli, lama asabthani ?
– Evangelist :
Das ist : Mein Gott, mein Gott, warum hast du mich verlassen ? Etliche aber, die da standen, da sie das höreten, sprachen sie :
– Chor :
Der rufet den Elias.
– Evangelist :
Und bald lief einer unter ihnen, nahm einen Schwamm und füllete ihn mit Essig und steckete ihn auf ein Rohr und tränkete ihn. Die andern aber sprachen :
– Chor :
Halt ! laß sehen, ob Elias komme und ihm helfe ?
– Evangelist :
Aber Jesus schriee abermal laut und verschied.
Récitatif
– L’évangéliste :
Et, vers la sixième heure, l’obscurité se fit dans l’univers entier jusqu’à la neuvième heure. Et, vers la neuvième heure, Jésus poussa ce cri :
– Jésus :
Eli, Eli, lama sabachthani ?
– L’évangéliste :
C’est-à-dire : Mon Dieu, mon Dieu, pourquoi m’as-tu abandonné ? Or tous les gens qui l’entouraient, en entendant ces mots, se disaient :
– Choeur :
Sa voix appelle Eli.
– L’évangéliste :
Et l’un d’entre eux courut sur l’heure, prit une éponge, et l’ayant remplie de vinaigre, il la fixa à un roseau et la lui tendit. Et tous alors disaient :
– Choeur :
Non, non, arrête, voyons si Eli vient et le sauve !
– L’évangéliste :
De nouveau Jésus poussa un grand cri et mourut.

72. Choral: “Wenn ich einmal soll scheiden”

On retrouve de nouveau dans ce choral un texte emprunté au O Haupt voll Blut und Wunden de Paul Gerhardt, ici la 9ème strophe. Comme pour les autres chorals, la mélodie est de Hans Leo Hassler.

72. Wenn ich einmal soll scheiden
Choral
Wenn ich einmal soll scheiden,
So scheide nicht von mir,
Wenn ich den Tod soll leiden,
So tritt du dann herfür !
Wenn mir am allerbängsten
Wird um das Herze sein,
So reiß mich aus den Ängsten
Kraft deiner Angst und Pein !
Choral
Quand sonnera notre heure,
Ne nous délaisse pas !
Console ceux qui pleurent,
Adoucis leur trépas !
Par toute ta détresse,
Par ta mort sur la croix
Soutiens dans leur faiblesse
Les coeurs tremblant d’effroi !

73. Récitatif: “Und siehe da, der Vorhang im Tempel zerriß”

Les éléments se déchainent suite à la mort de Jésus ; les protagonistes comprennent leur “erreur” et réalise que Jésus était bien le Messie ; Joseph d’Arimathie demande le corps du Christ (Mt. 27:50-58).

On trouve au milieu du récitatif de l’évangéliste un court choeur - de 15 secondes à 1 minute selon l’interprétation -, discret mais chargé de signification dans le drame qui est relaté et dans le message que transporte l’oratorio aux croyants et au public en général. C’est seulement à ce moment de l’histoire de la Passion que les protagonistes comprennent ce qui vient d’arriver sous leurs yeux, que la vérité leur apparaît, et qu’alors la foi devient comme une évidence pour eux ; musicalement, on passe alors d’un choeur de la foule spontané ou d’un double choeur railleur à un choeur uni, puissant, sublime et contemplatif sur les paroles “Wahrlich, dieser ist Gottes Sohn gewesen” (En vérité, c’était bien le Fils de Dieu).

Pour plusieurs spécialistes, ces deux mesures prises isolément font partie des plus belles jamais composées pour un choeur.

Nous vous proposons ci-dessous plusieurs versions à l’écoute, dans lesquelles le choeur survient après la premiere partie du récitatif.

73. Und siehe da, der Vorhang im Tempel zerriß
Rezitativ
– Evangelist :
Und siehe da, der Vorhang im Tempel zerriß in zwei Stück von oben an bis unten aus. Und die Erde erbebete, und die Felsen zerrissen, und die Gräber taten sich auf, und stunden auf viel Leiber der Heiligen, die da schliefen, und gingen aus den Gräbem nach seiner Auferstehung und kamen in die heilige Stadt und erschienen vielen. Aber der Hauptmann und die bei ihm waren und bewahreten Jesum, da sie sahen das Erdbeben und was da geschah, erschraken sie sehr und sprachen :

– Chor :
Wahrlich, dieser ist Gottes Sohn gewesen.

– Evangelist :
Und es waren viel Weiber da, die von ferne zusahen, die da waren nachgefolget aus Galiläa und hatten ihm gedienet, unter welchen war Maria Magdalena und Maria, die Mutter Jakobi und Joses, und die Mutter der Kinder Zebedäi. Am Abend aber kam ein reicher Mann von Arimathia, der hieß Joseph, welcher auch ein Jünger Jesu war,
der ging zu Pilato und bat ihn um den Leichnam Jesu. Da befahl Pilatus, man sollte ihm ihn geben.

Récitatif
– L’évangéliste :
On vit alors la voile du temple se déchirer en deux depuis le haut jusqu’en bas. Et la terre se mit à trembler, les rochers se fendirent, les sépulcres furent ouverts, des saints ressuscitèrent en ce moment de leur tombe ; ils la quittèrent quand Jésus fut ressuscité, et dans Jérusalem ils allèrent et beaucoup les virent. Mais tous les gardes et les centenier qui veillaient avec eux, en voyant sur la terre arriver tous ces prodiges, saisis de frayeur, dirent :

– Choeur :
Oui, cet homme était le Fils de Dieu, du Dieu vivant.

– L’évangéliste :
Plusieurs femmes se trouvaient là, qui de loin regardaient, et qui avaient suivi Jésus depuis la Galilée en l’entourant de soins, parmi elles étaient Marie-Madeleine, et Marie, la mère de Joseph et de Jacques, et la mère des fils de Zébédée. Le soir, arriva un homme riche d’Arimathée nommé Joseph, lui aussi disciple de Jésus. Il vint vers Pilate et demanda le corps de Jésus, qui lui fut remis sur l’ordre de Pilate.

74. Récitatif (basse): “Am Abend, da es kühle war”

Ce récitatif très calme est à l’image de la “paix conclue avec le ciel” dont il est question, suite au rachat des péchés humains par Jésus.

74. Am Abend, da es kühle war
Rezitativ (Bass)
Am Abend, da es kühle war,
Ward Adams Fallen offenbar ;
Am Abend drücket ihn der Heiland nieder.
Am Abend kam die Taube wieder
Und trug ein Ölblatt in dem Munde.
O schöne Zeit ! O Abendstunde !
Der Friedensschluß ist nun mit Gott gemacht,
Denn Jesus hat sein Kreuz vollbracht.
Sein Leichnam kommt zur Ruh,
Ach, liebe Seele, bitte du,
Geh, lasse dir den toten Jesum schenken,
O heilsames, o köstlich’s Angedenken !
Récitatif (basse)
Quand la fraîcheur du soir tombait,
Adam commit le grand péché :
Le soir aussi fut expiée la faute.
C’est vers le soir que la colombe,
Vint apporter le vert rameau.
O doux moment ! Heure ineffable !
Voici la paix conclue avec le ciel,
Scellée par Jésus sur la croix,
Son corps repose enfin.
Ah ! dans mon âme, ô Seigneur,
Viens ! je réclame aussi le corps du Maître :
Trésor sans prix, d’amour sublime gage !

75. Aria (basse): “Mache dich, mein Herze, rein”

Dans cet aria, les violons doublés par un cor anglais accompagnent le soliste.

75. Mache dich, mein Herze, rein
Arie (Bass)
Mache dich, mein Herze, rein,
Ich will Jesum selbst begraben.
Denn er soll nunmehr in mir
Für und für
Seine süße Ruhe haben.
Welt, geh aus, laß Jesum ein !
Aria (basse)
Pare-toi, mon coeur, pour lui ;
Tu vas être le sépulcre où Jésus dort et repose,
Car c’est en toi désormais,
C’est en toi qu’il veut faire sa demeure ;
Monde, adieu, descends en moi,
O Jésus, descends en moi !

76. Récitatif: “Und Joseph nahm den Leib”

La mise au tombeau du Christ par Joseph d’Arimathie (Mt. 27:59-66).

Dans un superbe choeur (double sur “Herr, wir haben gedacht” puis simple à partir de la fugue sur “Ich will nach dreien Tagen”), les grands prêtres et les pharisiens demandent à Pilate que l’on scelle le tombeau afin d’éviter que les disciples de Jésus n’enlèvent son corps pour faire croire à la résurrection.

76. Und Joseph nahm den Leib
Rezitativ
– Evangelist :
Und Joseph nahm den Leib und wickelte ihn in ein rein Leinwand und legte ihn in sein eigen neu Grab, welches er hatte lassen in einen Fels hauen, und wälzete einen großen Stein vor die Tür des Grabes und ging davon. Es war aber allda Maria Magdalena und die andere Maria, die setzten sich gegen das Grab. Des andern Tages, der da folget nach dem Rüsttage, kamen die Hohenpriester und Pharisäer sämtlich zu Pilato und sprachen :
– Chor :
Herr, wir haben gedacht, daß dieser Verführer sprach, da er noch lebete : Ich will nach dreien Tagen wieder auferstehen. Darum befiebl, daß man das Grab verwahre bis an den dritten Tag, auf daß nicht seine Jünger kommen und stehlen ihn und sagen zu dem Volk : Er ist auferstanden von den Toten, und werde der letzte Betrug ärger, denn der erste.
– Evangelist :
Pilatus sprach zu ihnen :
– Pilatus :
Da habt ihr die Hüter ; gehet hin und verwahret’s, wie ihr’s wisset.
– Evangelist :
Sie gingen hin und verwahreten das Grab mit Hütern und versiegelten den Stein.
Récitatif
– L’évangéliste :
Et Joseph prit le corps et l’enveloppa d’un linceul blanc, puis il le mit dans un tombeau neuf qu’il s’était fait tailler pour lui-même dans le roc ; ensuite, il roula devant l’entrée une grosse pierre, et s’en alla. Mais toujours étaient là Marie-Madeleine avec l’autre Marie, assises auprès du tombeau. Le jour d’après, qui suivait la préparation, les chefs des prêtres vinrent avec les Pharisiens devant Pilate, et dirent :
– Choeur :
Tous ici savent bien que lui, l’imposteur, a dit pendant sa vie : Dès le troisième jour, je ressusciterai. Ordonne donc qu’on garde le sépulcre jusqu’au troisième jour, de peur que ses disciples n’enlèvent son corps, et viennent dire alors : Seul le Christ a pu briser sa tombe, voilà qui serait fausseté pire que les autres !
– L’évangéliste :
Pilate répondit :
– Pilate :
Des gardes sont là : allez donc les placer comme il vous plaît.
– L’évangéliste :
lls s’en allèrent entourer le tombeau de gardes ; et la pierre en fut scellée.

77. Récitatif (solistes) et choeur: “Nun ist der Herr zur Ruh gebracht”

77. Nun ist der Herr zur Ruh gebracht
Rezitativ (Soli) mit Chor
– Bass :
Nun ist der Herr zur Ruh gebracht.
– Chor :
Mein Jesu, gute Nacht !
– Tenor :
Die Müh ist aus, die unsre Sünden ihm gemacht.
– Chor :
Mein Jesu, gute Nacht !
– Alt:
O selige Gebeine,
Seht, wie ich euch mit Buß und Reu beweine,
Daß euch mein Fall in solche Not gebracht !
– Chor :
Mein Jesu, gute Nacht !
– Sopran :
Habt lebenslang
Vor euer Leiden tausend Dank,
Daß ihr mein Seelenheil so wert geacht’.
– Chor :
Mein Jesu, gute Nacht !
Récitatif (solistes) et choeur
– Basse :
Voici le Maître enseveli.
– Choeur :
Mon Jésus, dors en paix !
– Ténor :
La coupe amère, il l’a vidée jusqu’à la lie.
– Choeur :
Mon Jésus, dors en paix !
– Alto :
Dépouilles bien-aimées,
Ah ! devant vous je pleure et me repens
Pour le mal causé par mes péchés !
– Choeur :
Mon Jésus, dors en paix !
– Soprano
Soyez bénis
Pour vos souffrances chaque jour,
O vous dont les tourments nous ont sauvés !
– Choeur :
Mon Jésus, dors en paix !

78. Choeur final: “Wir setzen uns mit Tränen nieder”

Le célèbre et bouleversant choeur final de la Passion selon saint Matthieu.

Malgré son titre “En larmes, nous nous asseyons” et sa tonalité (ut mineur), il faut noter le message explicite de ce choeur conclusif, qui met en avant le repos et le calme céleste par rapport à la douleur terrestre de la mort.

Notons pour les passionnés que l’on retrouve le thème de ce choeur final dans la suite BWV 997 pour luth (et en particulier explicitement dès le début de la sarabande).

78. Wir setzen uns mit Tränen nieder
Chor
Wir setzen uns mit Tränen nieder
Und rufen dir im Grabe zu :
Ruhe sanfte, sanfte ruh !
Ruht, ihr ausgesognen Glieder !
Euer Grab und Leichenstein
Soll dem ängstlichen Gewissen
Ein bequemes Ruhekissen
Und der Seden Ruhstatt sein.
Höchst vergnügt schlummern
da die Augen ein.
Choeur
Christ bien-aimé, nos larmes coulent,
Entends l’adieu jailli du coeur :
Dans la tombe, dors en paix !
Corps sanglant, couvert d’outrages,
Sur ta tombe l’âme lasse et désolée accourra
Chercher un calme et solitaire abri.
O sommeil souriant, viens fermer mes yeux !
Christ bien-aimé, nos larmes coulent,
Entends l’adieu jailli du coeur :
Dans la tombe, dors en paix !

Voici une sélection d’interprétations de la passion selon saint Matthieu, parmi lesquelles se trouve la version Karl Richter en écoute sur ce site :

  1. Version Philippe Herreweghe - Collegium Vocale Gent (avec Andreas School) : comme toujours la version Herreweghe est un enregistrement de grande qualité sonore, dans une version très dynamique
  2. Version Karl Richter : cette version de 1958 est celle qui est en écoute sur le site ; malgré l’âge, la qualité sonore reste très bonne ; cette sublime version annonce la redécouverte romantique des œuvres baroques dans la 2ème moitié du 20ème siècle. A posséder !
  3. Version Herbert von Karajan - Berliner Philharmoniker : une version “controversée” et déroutante mais cependant appréciée de beaucoup ; tempo très lent, sonorités éloignées de la musique baroque, etc.
  4. Version Klemperer : version plus romantique que baroque, mais d’une grandeur fascinante

Le livret de l’œuvre (textes + traduction en français) est disponible en PDF : Livret et traduction de la Passion selon saint Matthieu BWV 244 de Bach (source: Ensemble Orchestral de Paris). Comme toujours, les musiciens trouveront partitions libres de droit (au format PDF) et fichiers MIDI de l’oeuvre en téléchargement sur le site de l’IMSLP (http://www.imslp.org/wiki/St._Matthew_Passion,_BWV_244_(Bach,_Johann_Sebastian)), et surtout sur la Choral Public Domain Library : http://www.cpdl.org/wiki/index.php/Matth%C3%A4uspassion%2C_BWV_244_(Johann_Sebastian_Bach).


VN:F [1.0.8_357]
Note: 8.3/10 (23 votes)

Lundi 16 février 2009

La Passion selon saint Matthieu BWV 244 de Bach, approche générale


Portrait de Jean-Sébastien Bach (source: Wikipedia)

Portrait de Jean-Sébastien Bach (source: Wikipedia)

Nous entamons aujourd’hui une série de plusieurs articles autour des Passions de Jean-Sébastien Bach, en commençant par une première partie autour de la Passion selon saint Matthieu. Rappelons pour commencer que les passions, ou oratorios de la Passion, sont des oratorios sacrés relatant l’histoire de la mort de Jésus : le dernier repas (la cène), la veillée, l’arrestation, l’interrogatoire et enfin la crucifixion. Notons que le mot “passion” est à comprendre son l’acception ancienne, c’est-à-dire dérivée du latin patior qui signifie endurer, souffrir et éprouver des états dans lesquels l’individu est passif. Le mot a ensuite dérivé pour arriver au mot actuel signifiant que l’on a une émotion indépendante de soi (une passion pour quelque chose). De nombreuses passions ont été écrites dans l’histoire de la musique, mais les plus connues restent celles composées lors de la période baroque : Schütz (1660, trois passions), Haendel (3 passions), Bach (4 passions, dont seulement 2 nous sont parvenues intégralement) ou encore Telemann (52 passions !). Par la suite, plusieurs compositeurs ont bien entendu écrit des œuvres sur la passion du Christ, mais aucune n’est aussi célèbre que les œuvres baroques. Jean-Sébastien Bach (1685 - 1750) a écrit une passion selon chaque évangile, mais seules celles d’après saint Matthieu (BWV 244) et saint Jean (BWV 245) nous sont véritablement parvenues ; la passion selon saint Luc (BWV 246) que l’on peut trouver dans des éditions commerciales aurait été faussement attribuée à Bach, tandis que de la passion selon saint Marc jouée de nos jours (BWV 247) serait bien de Bach mais seul un mouvement aurait vraiment survécu au temps, le reste ayant été ajouté ou arrangé. Comme les passions selon saint Jean et saint Matthieu sont particulièrement abouties, on les considère en général comme les seules véritables œuvres de ce genre écrites par Bach. Par ailleurs, elles ont profité d’un regain d’intérêt lors de la période romantique qui les a placées comme des œuvres de références dans leur genre, dans la musique sacrée, voire dans la musique en général. Pour beaucoup d’amateurs, la passion selon saint Matthieu fait indéniablement partie des plus belles œuvres jamais composées (comme beaucoup de musiques présentées sur ce site !).

Panneau du chemin de croix d’Albrecht Altdorfer, env. 1509-1516 (source: Wikipedia)

Panneau du chemin de croix d’Albrecht Altdorfer, env. 1509-1516 (source: Wikipedia)

Nous présenterons dans l’article d’aujourd’hui la passion selon saint Matthieu dans son ensemble, sans vraiment entrer dans la structure ou les détails ; les prochains articles présenteront les différentes parties de l’œuvre, puis nous écouterons la passion selon saint Jean ; enfin ces passions seront “comparées” dans un autre article. La passion selon saint Matthieu a donc été composée entre 1727 et 1729 et aurait été créée à l’occasion du Vendredi Saint le 15 avril 1729. Les allemands la connaissent sous le nom Matthaüspassion, tandis que le manuscrit comporte le titre en latin Passio Domini nostri Jesu Christi secundum Evangelistam Matthaeum. Portant une émotion peu appréciée par la piété austère du public de l’église saint Thomas de Leipzig où Bach officia de 1723 à sa mort en 1750, l’œuvre fût oubliée durant près de 100 ans avant d’être re-créée avec un grand succès par Félix Mendelssohn en 1829 à Berlin. De nos jours, tous les grands chefs d’orchestre ont joué cette œuvre ; il s’agit d’une œuvre monumentale qui dure presque 2h45, articulée autour du récit de saint Matthieu, chanté sous forme d’une psalmodie par un ténor (l’Evangéliste). Autour de ce récit sont construits différents types de mouvements :

  • les grands chœurs (introduction et final), destinés à introduire le drame à l’auditeur et à conclure l’œuvre
  • les chorals : chantés par l’ensemble des choristes , ils symbolisent les pensées de croyants ayant compris le récit ; les chorals de la passion selon saint Matthieu sont écrits par le librettiste Picander.
  • les airs (ou arias) : chantés par les différents personnages lors des tournants du récit, sont généralement introduits dans le récit de l’évangéliste par un récitatif psalmodié ; ils ont pour rôle de décrire les émotions des protagonistes du drame.
  • les chœurs “spontanés” : s’inscrivant totalement dans le récit de l’évangéliste, ils symbolisent les réactions de la turba, c’est-à-dire la foule, généralement des soldats ou du peuple juif. Les chœurs de turba se différencient parfaitement des chorals par leur forme beaucoup plus spontanée et beaucoup moins douce. Ils sont souvent très courts mais certains recèlent de véritables merveilles cachées (ex. “Wahrlich dieser ist Göttes Sohn gewesen” dans la dernière partie de l’œuvre qui sont parmi les plus belles mesures jamais composées). Nous reviendrons sur ces chœurs dans l’étude détaillée des parties de l’œuvre.

Notons que Bach a composé la passion pour deux chœurs, qui chantent soient de manière séparée, soit ensemble, soit à l’unisson ; on remarquera particulièrement leur présence dans le premier grand chœur d’introduction. La passion se divise en plusieurs grands épisodes autour de deux grands chœurs célèbres (introduction et final).

  1. L’épisode du parfum (2 à 10)
  2. La cène (le dernier repas) (11 à 19)
  3. La veillée et l’arrestation au mont des Oliviers (20 à 35)
  4. L’interrogatoire de Jésus et le reniement de Pierre (36 à 48)
  5. La condamnation (49 à 61)
  6. La crucifixion (62 à 78)

Le découpage généralement admis en deux parties sépare les 3 premières scènes des trois suivantes. Chacun des épisodes sera commenté en détail dans les articles à venir, mais en attendant nous vous invitons à écouter l’œuvre dans sa quasi-intégralité dans une belle version dirigée par Karl Richter (les plus pressés pourront n’écouter que le premier et le dernier chœur, qui devraient leur donner envie d’écouter le reste !) :

Voici une sélection d’interprétations de la passion selon saint Matthieu, parmi lesquelles se trouve la version Karl Richter en écoute sur ce site :

  1. Version Philippe Herreweghe - Collegium Vocale Gent (avec Andreas School) : comme toujours la version Herreweghe est un enregistrement de grande qualité sonore, dans une version très dynamique
  2. Version Karl Richter : cette version de 1958 est celle qui est en écoute sur le site ; malgré l’âge, la qualité sonore reste très bonne ; cette sublime version annonce la redécouverte romantique des œuvres baroques dans la 2ème moitié du 20ème siècle. A posséder !
  3. Version Herbert von Karajan - Berliner Philharmoniker : une version “controversée” et déroutante mais cependant appréciée de beaucoup ; tempo très lent, sonorités éloignées de la musique baroque, etc.
  4. Version Klemperer : version plus romantique que baroque, mais d’une grandeur fascinante

Le livret de l’œuvre (textes + traduction en français) est disponible en PDF : Livret et traduction de la Passion selon saint Matthieu BWV 244 de Bach (source: Ensemble Orchestral de Paris). Comme toujours, les musiciens trouveront partitions libres de droit (au format PDF) et fichiers MIDI de l’oeuvre en téléchargement sur le site de l’IMSLP (http://www.imslp.org/wiki/St._Matthew_Passion,_BWV_244_(Bach,_Johann_Sebastian)), et surtout sur la Choral Public Domain Library : http://www.cpdl.org/wiki/index.php/Matth%C3%A4uspassion%2C_BWV_244_(Johann_Sebastian_Bach).


VN:F [1.0.8_357]
Note: 8.2/10 (36 votes)