Le meilleur de la musique classique pour tous, jour après jour

La musique classique du jour


Archives de la catégorie ‘Opéras’

Jeudi 19 février 2009

La Passion selon saint Matthieu BWV 244 de Bach, 1ère partie (1-10)


Portrait de Jean-Sébastien Bach (source: Wikipedia)

Portrait de Jean-Sébastien Bach (source: Wikipedia)


Cet article fait suite à l’introduction générale à la Passion selon saint Matthieu de Bach. Nous commencerons notre analyse détaillée de l’œuvre par une première partie comprenant la chœur d’introduction et tout l’épisode du “parfum dépensé”, c’est-à-dire les 10 premiers numéros (Parfum Répandu sur sa Tête à Béthanie - St. Matthieu 26, 1-13).

Précisons d’emblée que nous n’avons ni l’ambition ni les connaissances pour présenter ici une analyse musicologique de l’œuvre ; ces articles constitueront plutôt une écoute approfondie accompagnée de commentaires et traductions, accessible à tous.

1. Chœur d’introduction : “Kommt, ihr Töchter, helft mir klagen” (“Venez, Ô vous, mes filles, et pleurez avec moi”)

Ce célèbre et sublime chœur symphonique, d’une durée conséquente (environ 10 minutes), est un véritable prélude à l’œuvre ; il amène toute la symbolique religieuse de la passion en plaçant les fidèles dans le drame qui va être décrit par des interpellations directes.

Il comporte trois chœurs distincts :

  1. un premier chœur symbolisant la Fille de Sion demandant à la foule de contempler le Christ
  2. un deuxième chœur, la “foule”, se contentant de poser des questions (en italique dans les paroles ci-dessous)
  3. enfin un troisième chœur, constitué d’enfants (Knabenchor), qui vient superposer au dialogue entre les deux premiers chœurs le choral “O Lamm Gottes unschuldig” (“Agneau de Dieu sans tache”), dont la première strophe provient de l’Agnus Dei allemand de Nikolaus Decius (1522) ; le choral semble planer au-dessus des deux chœurs, symbolisant le rapport de la divinité à l’humanité.
1. Kommt, ihr Töchter, helft mir klagen
Chor mit choral
– Chor
Kommt, ihr Töchter, helft mir klagen,
Sehet – Wen ? – den Bräutigam.
Seht ihn – Wie ? – als wie ein Lamm.
Sehet, - Was ? – seht die Geduld,
Seht – Wohin ? – auf unsre Schuld ;
Sehet ihn aus Lieb und Huld
Holz zum Kreuze selber tragen.

– Choral (Knabenchor)
O Lamm Gottes unschuldig
Am Stamm des Kreuzes geschlachtet,
Allzeit erfund’n geduldig,
Wiewohl du warest verachtet.
All Sünd hast du getragen,
Sonst müßten wir verzagen.
Erbarm dich unser, o Jesu !

Chœur et choral
– Chœur
Viens, ô peuple, vois mes larmes,
C’est lui ! – Qui ? – Ton fiancé.
Voyez ! – Quoi ? – L’agneau divin.
Voyez ! – Quoi ? – Vois sa douceur.
Voyez ! – Quoi ? – Vois nos péchés.
Voyez tous le Bien-Aimé
Sur la route du calvaire.

– Choral (Chœur d’enfants)
Dieu, quand sous la croix tu défailles,
Tu pries encore pour ceux
Qui t’ont frappé,
Qui te raillent.
Ô Christ, Sauveur des âmes,
Espoir, divine flamme.
Nos voix t’implorent, ô Jésus !

On perçoit aisément le rôle de cette ouverture, qui interpelle les fidèles pour leur rappeler que dans le drame qui va suivre Jésus va être sacrifié afin de les racheter.

2. Récitatif (sauf mention explicite tous les récitatifs proviennent de l’évangile) : “Da Jesus diese Rede vollendet hatte” (”Lorsque Jésus eut fini son discours”)

Le Christ prédit qu’il sera crucifié lors de la Pâque, fête juive (Mt 26:1-2).

Il est intéressant de noter que le récitatif de Jésus est accompagné par un quatuor à cordes, au contraire du récitatif introductif de l’évangéliste qui a le soutien du seul continuo. Cette caractéristique des récitatifs de Jésus, qui sont en quelque sorte auréolés du soutien des cordes, est propre à la Passion selon saint Matthieu et permet à coup sûr de la distinguer de la Passion selon saint Jean de Bach. Pour être très précis, le quatuor à cordes est n’est absent dans l’œuvre que lors de ses dernières paroles (“Eli, Eli, lama asabthani ?”, “Mon Dieu, mon Dieu, pourquoi m’as-tu abandonné ?”).

2. Da Jesus diese Rede vollendet hatte
Rezitativ
– Evangelist :
Da Jesus diese Rede vollendet hatte, sprach er zu seinen Jüngern :
– Jésus :
Ihr wisset, daß nach zweien Tagen Ostern wird, und des Menschen Sohn wird überantwortet werden, daß er gekreuziget werde.
Récitatif
– L’évangéliste :
Et Jésus acheva toutes ces paroles, puis dit à ses disciples :
– Jésus :
Et voici que la Pâque aura lieu dans deux jours, et qu’alors sera livré le Fils de l’homme, afin qu’il meure en croix.

3. Choral : “Herzliebster Jesu, was hast du verbrochen” (“Jésus bien-aimé, quel est donc ton crime ?”)

Ce premier choral est une réaction des fidèles aux paroles du Christ annonçant qu’il sera crucifié ; comme un commentaire, il est complètement asynchrone au drame et se place sur un plan méditatif.

Le texte, opposant l’amour et les souffrance de Jésus Christ, constitue la première strophe d’un lied de Johann Heermann (1585 - 1647) datant de 1630. Notons que l’on retrouvera des extraits d’autres strophes de ce lied aux numéros 25 (3ème strophe) et 55 (4ème strophe), ainsi que dans la Passion selon saint Jean, dans laquelle la 7ème strophe de Herzliebster Jesu constitue le texte du 1er choral (”O grosse Lieb”). La mélodie du choral serait de Johann Crüger (1598 - 1662), l’harmonisation des voix autour de la mélodie étant de Bach pour chacun des chorals.

Enfin, les oreilles attentives pourront constater avec intérêt le rapport de l’harmonisation au texte, en particulier sur les mots “verbrochen” (faillir), “Urteil” (jugement) et “Missetaten” (péché) (plus de détails sur ce site).

3. Herzliebster Jesu, was hast du verbrochen
Choral
Herzliebster Jesu, was hast du verbrochen,
Daß man ein solch hart Urteil hat gesprochen ?
Was ist die Schuld, in was für Missetaten
Bist du geraten ?
Choral
Ô divin maître, quel fut donc ton crime
Pour mériter un si cruel supplice ?
De quel péché, de quel forfait infâme
Es-tu coupable ?

4.Récitatif : “Da versammleten sich die Hohenpriester” (”Alors se réunirent les grands-prêtres”)

Les scribes et les grands-prêtres conspirent afin de faire mourir Jésus (Mt 26:3-5).

Ils cherchent à se débarrasser de lui car ils estiment sa renommée grandissante peut nuire à l’équilibre qu’ils ont trouvé avec l’occupant romain ; celui-ci chercherait bien sûr à reprendre tous les pouvoirs en cas de soulèvement du peuple.

4. Da versammleten sich die Hohenpriester
Rezitativ
– Evangelist :
Da versammleten sich die Hohenpriester und Schriftgelehrten und die Ältesten im Volk in dem Palast des Hohenpriesters, der da hieß Kaiphas, und hielten Rat, wie sie Jesum mit Listen riffen und töteten. Sie sprachen aber :
Récitatif
– L’évangéliste :
Et alors s’assemblèrent les docteurs et les chefs des prêtres et les plus anciens des Juifs dans la demeure du grand prêtre nommé Caïphe, pour décider comment prendre Jésus par ruse et le tuer. Mais ils se dirent :

5. Chœur des Juifs : “Ja nicht auf das Fest” (”Pas un jour de fête”)

Ce chœur est un choeur de turba (la foule), à bien distinguer des grands chœurs - introduction et final - et bien entendu des chorals. Il s’inscrit à l’intérieur de la narration pour illustrer les préoccupations des conspirateurs ; à l’opposée de la douceur du choral “Herzliebster Jesu”, il s’agit là d’un choeur brutal et rapide chanté en canon par les deux choeurs, qui va en s’amplifiant.

Ces chœurs “spontanés” sont en général assez courts, et de ce fait parfois réunis dans une même piste avec les récitatifs voisins sur les éditions CD des œuvres, alors qu’il s’agit bien de numéros différents ; on se référera donc plutôt au texte des numéros pour s’y retrouver (c’est d’ailleurs pour cette raison que l’on intitule les récitatifs de leurs premiers mots).

5. Ja nicht auf das Fest
Chor
Ja nicht auf das Fest, auf daß nicht ein Aufruhr werde im Volk.
Chœur
Ce n’est pas un jour de fête, qu’il peut s’élever des troubles, qu’une émeute peut éclater.

6. Récitatif : “Da nun Jesus war zu Bethanien” (”Pendant ce temps Jésus était à Béthanie”)

Jésus à Béthanie dans la maison de Simon le lépreux, se fait arroser le front d’un coûteux parfum (Mt 26:6-8).

Encore un exemple des récitatifs secco de l’évangéliste, puisque l’accompagnement est constitué d’accords qui ne sont pas tenus, à l’inverse de ceux de Jésus qui sont accompagnés par un continuo à l’orgue, en sus des cordes du quatuor.

6. Da nun Jesus war zu Bethanien
Rezitativ
– Evangelist :
Da nun Jesus war zu Bethanien, im Hause Simonis des Aussätzigen, trat zu ihm ein Weib, das hatte ein Glas mit köstlichem Wasser und goß es auf sein Haupt, da er zu Tische saß. Da das seine Jünger sahen, wurden sie unwillig und sprachen :
Récitatif
– L’évangéliste :
Or Jésus étant à Béthanie, dans la maison de Simon le lépreux, une femme entra, portant dans un vase un rare parfum et, s’approchant de lui, en arrosa son front. Voyant le parfum s’épandre, les disciples s’écrièrent :

7. Chœur des disciples : “Wozu dienet dieser Unrat ?” (”Pourquoi perdre ce parfum ?”)

Seul le premier chœur participe à ce chœur de turba, qui met en scène les disciples de Jésus bêtement indignés par ce gaspillage de parfum coûteux. Leurs exclamations sont insistantes (“Wozu ? Wozu ? Wozu ?” = “A quoi bon ? …”), mais se succèdent sur la même mélodie, donnant une sensation d’unité dans l’opinion des disciples.

7. Wozu dienet dieser Unrat ?
Chor
Wozu dienet dieser Unrat ? Dieses Wasser hätte mögen teuer verkauft und den Armen gegeben werden.
Chœur
Ce parfum, pourquoi le perdre ? N’était-il pas préférable
qu’avec son prix on eût fait quelque aumône
aux pauvres ?

8. Récitatif : “Da das Jesus merkete” (”Jésus le remarqua”)

Jésus défend la femme au parfum (Mt 26:10-13).

On remarquera les phrases descendantes dans le récitatif de Jésus, rappelant la prédiction irrévocable de sa mort prochaine : “mich aber habt ihr nicht allezeit” (”mais moi bientôt je vous quitterai“), puis sur “dass man mich begraben wird” (”parce que l’on doit bientôt me mettre au tombeau”) ; la troisième phrase est introduite par l’un de ces “Wahrlich, ich sage euch” (”En vérité je vous le dis”) que l’on retrouve tout au long de l’œuvre (et dans l’évangile) lors des “sentences” de Jésus.

8. Da das Jesus merkete
Rezitativ
– Evangelist :
Da das Jesus merkete, sprach er zu ihnen :
– Jesus :
Was bekümmert ihr das Weib ? Sie hat ein gut Werk an mir getan. Ihr habet allezeit Arme bei euch, mich aber habt ihr nicht allezeit. Daß sie dies Wasser hat auf meinen Leib gegossen, hat sie getan, daß man mich begraben wird. Wahrlich, ich sage euch : Wo dies Evangelium geprediget wird in der ganzen Welt, da wird man auch sagen zu ihrem Gedächtnis, was sie getan hat.
Récitatif
– L’évangéliste :
Jésus, entendant leurs cris, dit ces paroles :
– Jésus :
Qu’avez vous à l’attrister ? A cette femme, je sais bon gré : il y aura bien des pauvres toujours ; mais moi, bientôt, je vous quitterai. En arrosant mon corps de cette eau parfumée, elle a pris soin de ma sépulture proche. Vraiment, je vous le dis : partout où l’on prêchera la bonne nouvelle dans l’univers, partout on saura ce que cette femme a fait pour moi.

9. Récitatif d’alto (récitatif basé sur un texte libre) : “Du lieber Heiland du” (”Ô bien-aimé Sauveur”)

Premier récitatif sur un texte libre, c’est-à-dire ne provenant pas de l’évangile de saint Matthieu. C’est un arioso, intermédiaire entre récitatif et air ; on en retrouvera tout au long de l’œuvre, dans laquelle ils jouent un rôle de transition vers l’air qui suit. Celui-ci est accompagné de deux flûtes et du continuo ; il symbolise la contemplation anonyme d’une fidèle.

9. Du lieber Heiland du
Rezitativ (alt)
Du lieber Heiland du,
Wenn deine Jünger töricht streiten,
Daß dieses fromme Weib
Mit Salben deinen Leib
Zum Grabe will bereiten
So lasse mir inzwischen zu,
Von meiner Augen Tränenflüssen
Ein Wasser auf dein Haupt zu gießen !
Récitatif (alto)
Ô Bien-Aimé Sauveur,
Les tiens, dans leur aveugle zèle,
Auraient blessé la main
Qui prépara ton corps
Pour la funèbre couche ;
Oh ! laisse-moi verser aussi
Ce flot de larmes,
Et sur ton front divin l’épandre.

10. Air d’alto : Buß und Reu knirscht das Sündenherz entzwei” (”Pénitence et repentir me brisent le coeur”)

On retrouve les deux flûtes de l’arioso précédent, pour une division en motifs A B A (aria da capo) ; le chant comme les instruments illustrent les larmes qui tombent par leurs descentes.

10. Buß und Reu knirscht das Sündenherz entzwei
Arie (alt)
Buß und Reu
Knirscht das Sündenherz entzwei,
Daß die Tropfen meiner Zähren
Angenehme Spezerei,
Treuer Jesu, dir gebären.
Aria (alto)
Torturé, accablé
Sous le poids de ses remords, vois mon coeur.
Goutte à goutte que mes larmes,
Comme un pur et doux parfum
Sur ta tête se répandent, divin Maître.

Les 10 premiers numéros de l’œuvre sont disponibles à l’écoute ici ; pour écouter la suite, on pourra revenir à l’article général sur la Passion selon saint Matthieu ou accéder directement à l’article sur “Le dernier repas” (numéros 11 à 19).

Voici une sélection d’interprétations de la passion selon saint Matthieu, parmi lesquelles se trouve la version Karl Richter en écoute sur ce site :

  1. Version Philippe Herreweghe - Collegium Vocale Gent (avec Andreas School) : comme toujours la version Herreweghe est un enregistrement de grande qualité sonore, dans une version très dynamique
  2. Version Karl Richter : cette version de 1958 est celle qui est en écoute sur le site ; malgré l’âge, la qualité sonore reste très bonne ; cette sublime version annonce la redécouverte romantique des œuvres baroques dans la 2ème moitié du 20ème siècle. A posséder !
  3. Version Herbert von Karajan - Berliner Philharmoniker : une version “controversée” et déroutante mais cependant appréciée de beaucoup ; tempo très lent, sonorités éloignées de la musique baroque, etc.
  4. Version Klemperer : version plus romantique que baroque, mais d’une grandeur fascinante

Le livret de l’œuvre (textes + traduction en français) est disponible en PDF : Livret et traduction de la Passion selon saint Matthieu BWV 244 de Bach (source: Ensemble Orchestral de Paris). Comme toujours, les musiciens trouveront partitions libres de droit (au format PDF) et fichiers MIDI de l’oeuvre en téléchargement sur le site de l’IMSLP (http://www.imslp.org/wiki/St._Matthew_Passion,_BWV_244_(Bach,_Johann_Sebastian)), et surtout sur la Choral Public Domain Library : http://www.cpdl.org/wiki/index.php/Matth%C3%A4uspassion%2C_BWV_244_(Johann_Sebastian_Bach).


VN:F [1.0.8_357]
Note: 8.4/10 (18 votes)

Mardi 13 janvier 2009

Stabat Mater RV 621 de Vivaldi


Portrait dAntonio Vivaldi (source: Wikipedia)

Portrait d'Antonio Vivaldi (source: Wikipedia)

Pour ce court article, nous écouterons de nouveau une œuvre baroque sacrée, composée par Antonio Vivaldi (1678 - 1741) puisqu’il s’agira de son Stabat Mater. Tout comme le Stabat Mater de Pergolèse, celui de Vivaldi, écrit en 1712, fait partie des œuvres célèbres composées sur ce texte ; de dimensions plus réduites, il ne fait cependant intervenir qu’un seul soliste (contralto) accompagné par l’orchestre, et n’utilise que dix des vingts versets que comporte le texte original du moine Jacopone da Todi. Rappelons que ce texte raconte la douleur de Marie au pied de la croix où expire le Christ (plus de détails sur la page de Stabat Mater de Pergolèse). Cette œuvre est de nos jours l’une des compositions les plus connues de Vivaldi, en tout cas en musique sacrée. Anecodte : il s’agit pour une fois d’une commande pour une ville autre que Venise, puisque destinée à l’ordre des Philippines de Brescia en Lombardie.

Au niveau musical, chacun des mouvements du Stabat Mater est lent, dérangeant la courante alternance tempos vifs / tempos lents que Vivaldi a l’habitude de suivre, mais l’ensemble dure seulement une vingtaine de minutes. Il a réussi à y retranscrire la gravité du texte ainsi qu’une atmosphère de recueillement, et on perçoit dès les premières notes du Stabat Mater dolorosa un sentiment d’affliction ou incitant à la méditation. Notons cependant que l’œuvre s’achève sur une lumière finale inattendue grâce à la tierce picarde sur l’accord de fa majeur, alors que l’œuvre est intégralement en fa mineur (effet qui s’entend très facilement, au delà du solfège).

Au cours de l’écoute, on constatera en particulier que dans la construction de l’œuvre, les mouvements 4, 5 et 6 reprennent exactement la musique des mouvements 1, 2 et 3 :

1 Stabat Mater dolorosa
2 Cujus animam
3 O quam tristis
4 Quis est homo
5 Quis non posset
6 Pro peccatis
7 Eja mater
8 Fac ut ardeat
9 Amen

Attention, il manque le mouvement “Quis est homo” dans la version proposée en écoute ci-dessous … Comme évoqué plus haut, seules les paroles le font différer du mouvement Stabat Mater dolorosa.


VN:F [1.0.8_357]
Note: 7.4/10 (30 votes)

Lundi 12 janvier 2009

Oratorio de Noël BWV 248 de Bach


Portrait de Jean-Sébastien Bach (source: Wikipedia)

Portrait de Jean-Sébastien Bach (source: Wikipedia)

Nous resterons aujourd’hui dans la période baroque, pour présenter l’œuvre inévitable que constitue l’ Oratorio de Noël de Jean-Sébastien Bach (1685 - 1750). Cette œuvre, composée en 1734, est un oratorio, c’est-à-dire une œuvre lyrique, presque proche de l’opéra mais destinée à être donnée dans une église pour une occasion particulière. Bach écrira plusieurs oratorios dont les références au catalogue BWV sont proches, parmi lesquels : la Passion selon Saint Jean (BWV 245), la Passion selon Saint Matthieu (BWV 244), l’Oratorio de Noël (BWV 248), mais aussi l’Oratorio de Pâques (BWV 249) ou encore l’Oratorio de l’Ascension (BWV 11). Nous aurons l’occasion de revenir sur certaines de ces œuvres lors d’articles à venir, tellement elles sont importantes dans la musique baroque.

Nous ne attarderons que peu sur la biographie de Jean-Sébastien Bach car celle-ci fera l’objet d’un article dédié. Rappelons seulement qu’il s’agit d’un compositeur allemand (originaire d’Eisenach en Thuringe mais ayant principalement vécu à Leipzig  dans la Saxe), dont l’œuvre symbolise l’apogée de la musique baroque. On considère d’ailleurs généralement que c’est après sa mort en 1750 que la musique baroque a laissé la place à la musique classique. Certains le considèrent de nos jours comme le plus grand compositeur ayant jamais existé, bien que d’autres contestent ce choix (pour certains, Bach est connu car son œuvre a été particulièrement étudiée, effort historique qui n’a pas été fait pour beaucoup d’autres).

Quoiqu’il en soit, beaucoup de musiciens qui lui sont postérieurs ont reconnu en lui un génie (parmi lesquels Mozart et Beethoven), en particulier dans sa rigueur, son inspiration, la richesse de ses harmonies et mélodies, sa pédagogie (Bach écrira de nombreuses œuvres “didactiques”), ou encore sa maîtrise technique. Nous aurons l’occasion de revenir sur certaines des techniques utilisées par Bach lors de futurs articles. Notons cependant que la musique de Bach sera oubliée après sa mort et ne sera vraiment étudiée que beaucoup plus tard (une de ses plus belles œuvres, la Passion selon Saint Matthieu, sera redécouverte par Félix Mendelssohn en 1829, bien que jouée pour la première fois en 1729).

L’Oratorio de Noël (Weihnachtsoratorium) a donc été composé en 1734, sous la forme d’une cantate sacrée, c’est-à-dire une une œuvre vocale et instrumentale qui comporte plusieurs mouvements, jouée dans une église sans mise en scène ; voici les 6 parties qui la composent :

  1. Pour le jour de Noël : 25 décembre
    La naissance de Jésus. Elle est constituée des mouvements N°1 à 9 dans le lecteur ci-dessous.
  2. Pour le deuxième jour de Noël : 26 décembre
    L’Annonciation (annonce faite par l’archange Gabriel de la naissance de Jésus). Mouvements N°10 à 23
  3. Pour le troisième jour de Noël : 27 décembre
    L’adoration des bergers pour le nouveau-né. Mouvements N°24 à 35
  4. Pour la Fête de la circoncision du Christ : 1er janvier
    L’adoration du nom de Jésus. Mouvements N°36 à 42
  5. Pour le dimanche après le Jour de l’an : 2 janvier (en 1734)
    1ère partie du récit des Rois Mages. Mouvements N°43 à 53
  6. Pour la Fête de l’épiphanie : 6 janvier
    2ème partie du récit des Rois Mages. Mouvements N°54 à 64

Sur le plan musical, on distinguera les différents mouvements présents dans les oratorios :

  • les chœurs : mouvements destinés à être chantés par un chœur et non par des solistes ; on les distinguera chez Bach -comme chez la plupart des compositeurs baroques d’ailleurs - des chorals, dans lequel le chœur chante d’une manière beaucoup plus formalisée et en cadence ; dans les oratorios, on reconnaitra souvent dans les chœurs les interventions de la foule dans l’histoire, tandis que les chorals disent en général les louanges des croyants, amenées comme des commentaires au texte (et donc beaucoup moins liées à l’avancement de la narration). Exemples de chœur dans l’œuvre : chœur d’introduction N°1, chœur N°24, chœur chanté par les bergers N°26
  • les chorals : genre musical par excellence de Jean-Sébastien Bach, les chorals sont des chants articulés autour de plusieurs phrases courtes (les périodes), écrites sous forme d’une harmonie à 4 voix autour d’une mélodie (généralement la voix la plus aigüe, chantée par les sopranos). Aux paroles près, les chorals sont jouables à l’orgue. Nous reparlerons de ce genre musical dans un article dédié ; à titre d’exemple nous pourrons écouter les mouvements N°5, 9, 33 mais aussi le final N°64, magnifique choral aux périodes coupées par les cordes et les cuivres.
  • les récitatifs : voix de soliste accompagnée par des instruments ou un basse continue (orgue par exemple) ; les récitatifs de l’évangéliste chez Bach font avancer l’action par la narration de l’histoire. Comme les textes de l’Oratorio de Noël sont inspirés des évangiles de Saint Luc et de Saint Matthieu, l’évangéliste a bien la fonction narrative de chanter son texte (début du premier récitatif : “En ce temps-là …”). On distinguera les récitatifs de l’évangéliste, dits secs car ayant seulement un accompagnement musical minimal, des récitatifs des protagonistes de l’oratorio qui sont dits accompagnés car avec l’orchestre ou une partie de l’orchestre. A titre d’exemple on écoutera attentivement les 2ème et 3ème pistes qui sont respectivement un récitatif de l’évangéliste et un récitatif de Marie (alto).
  • les arias : mélodies expressives chantées : écouter par exemple le premier aria de l’œuvre au N°4, chanté par Marie.
  • les ariosos : à mi-chemin entre les arias et les récitatifs (exemple : N°40)
  • les duos, trios etc. : mélodies expressives dans lesquelles interviennent plusieurs solistes.
  • les sinfonias : court mouvement instrumental ; il y a une sinfonia au N°10.

L’œuvre étant très longue (environ 2h30), nous vous proposons d’écouter certains mouvements assez représentatifs, mais nous invitons bien entendu les lecteurs intéressés à prendre le temps pour écouter intégralement l’oratorio :

  • N°1 : célèbre chœur d’introduction “Jauchzet, frohlocket” (Jubilez, réjouissez-vous !”)
  • N°4 : aria de Marie (alto) “Bereite dich Zion” (“Prépare toi, Sion, à recevoir avec tendresse bientôt en ton sein le plus beau, le plus cher des tiens”)
  • N°10 : la sinfonia, intermède instrumental entre la naissance de Jésus et l’annonciation. Très beau mouvement reposant.
  • N°24 : chœur ponctué par les cuivres
  • N°45 (piste 10 du deuxième lecteur) : chœur fugué des Mages mêlé à un récitatif ; ici les Mages disent avoir vu son étoile en Orient et cherchent Jésus ; Marie leur répond. Le chœur s’inscrit dans la narration.
  • N°64 (piste 29 du deuxième lecteur) : choral accompagné par les cuivres et les cordes ; louange des croyants à Jésus.

Une traduction du texte de  l’Oratorio de Noël est disponible ici au format PDF, et il est très intéressant de prendre le temps d’écouter l’œuvre avec sa traduction.

Parties 1, 2 et 3
Numéros 1 à 35
Parties 4, 5 et 6
Ajouter 35 au numéro de la piste pour avoir le numéro dans l’œuvre (36 à 64)

VN:F [1.0.8_357]
Note: 8.1/10 (40 votes)

Mercredi 7 janvier 2009

Tannhäuser de Wagner


Portrait de Richard Wagner (source: Wikipedia)

Portrait de Richard Wagner (source: Wikipedia)

Nous présenterons aujourd’hui Tannhaüser, un opéra écrit et composé par Richard Wagner (1813 - 1883) qui figure parmi les plus célèbres opéras romantiques allemand.

Richard Wagner est souvent considéré comme le plus grand compositeur d’opéras du XIXème siècle en Allemagne, sinon en Europe (où il son génie est à comparer à celui de Verdi). Wagner, qui étudia dans sa jeunesse l’écriture théâtrale avant de s’intéresser à la musique, est l’un des rares compositeurs à écrire lui même ses livrets - le texte -, ce qui confère à ses opéras des dimensions nouvelles aussi bien sur le plan musical (la durée, le rôle de l’orchestre dans le drame, etc.) que sur le plan dramatique. On retrouve par chez Wagner une grande utilisation des leitmotivs, ces thèmes musicaux récurrents qui dépeignent la psychologie du moment des protagonistes et leur évolution au cours du drame (comme une version généralisée de l’idée fixe de la Symphonie Fantastique de Berlioz). L’œuvre de Wagner est pour l’essentiel constituée de quinzaine d’opéras, parmi lesquels on trouve quelques grands opéras romantiques majeurs : le Vaisseau Fantôme, Lohengrin, Tristan et Isolde, les Maîtres Chanteurs de Nüremberg, la tétralogie de l’Anneau du Nibelung, et enfin Parsifal.

Tannhaüser a été composé en 1845 et représente l’un des premiers vrais chefs d’œuvre de Wagner. Le drame se déroule dans les alentours du château de Wartbourg, au XIIIème siècle. Le poète Tannhaüser est volontairement détenu par la déesse Vénus dans le Venusberg, mais n’ayant plus d’amour pour elle il décide de quitter la montagne pour retrouver l’amour de Dieu, la Nature et la liberté dans le monde des mortels. Il est alors recueilli par la cour de la Wartburg, qu’il avait quittée dans le passé. Dans le 2ème acte, Elisabeth, la fille du landgraf, lui fait savoir le malheur qu’elle vivait depuis son départ. C’est alors qu’a lieu à la cour un concours de chant autour de la définition de l’Amour, le gagnant se voyant accordé un vœu d’Elisabeth. Alors que Wolfram von Eschenbach loue l’amour pur, Tannhaüser réplique en vantant l’amour sensuel et s’explique en avouant son séjour au Venusberg. Sauvé des épées de justesse par Elisabeth, le landgraf lui accorde le salut pour qu’il aille demander le pardon à Rome au Pape. On retrouve dans le 3ème acte Elisabeth qui désespère en attendant le retour de Tannhaüser et prie pour son salut, tandis que Wolfram qui depuis toujours est épris d’elle pressent sa mort prochaine ; revient alors Tannhaüser, qui désespéré par le refus pontifical (”Mon bâton fleurira avant que le Christ ne pardonne un tel pêché”) retourne au Venusberg ; c’est alors qu’apparaît une procession portant le corps d’Elisabeth, morte de chagrin. Tannhaüser meurt à son tour, et c’est alors qu’arrivent des pèlerins envoyés par le Pape pour annoncer la nouvelle : le bâton pontifical a verdi et Tannhaüser est pardonné.

Voici quelques-uns des plus beaux extraits de l’opéra, (version donnée au festival de Bayreuth en 1962, direction Wolfgang Sawallich), et nous vous conseillons pour un premier aperçu de l’opéra les mouvements suivants :

  • N°1 : ouverture (Vorspiel) : ce prélude est une des merveilles de la musique, et l’on y retrouve plusieurs leitmotivs ; le spectateur est immédiatement placé dans le drame. Notons que les leitmotivs de ce prélude correspondent aux airs ci-dessous.
  • N°3 : “Dir töne Lob”, célèbre chant de Tannhaüser (ténor) qui exprime à Vénus sa volonté de quitter le Venusberg. L’air du chant est l’un des leitmotivs importants de l’opéra.
  • N°12 : “O du mein holder Abendstern”, louange de Wolfram (baryton) à l’étoile du soir ; cet air est célèbre chez les barytons wagnériens
  • N°17 : Final : mort de Tannhaüser puis arrivée des pèlerins qui viennent apporter la nouvelle de son pardon sur un autre thème de leitmotiv. On retrouve à la toute fin le célèbre choeur des pélerins

VN:F [1.0.8_357]
Note: 8.8/10 (4 votes)