Warning: mysql_list_fields() [function.mysql-list-fields]: Unable to save MySQL query result in /home/musiqued/www/wp-content/plugins/facebook-like-button/Add_Facebook_Like.php on line 72

Warning: mysql_num_fields(): supplied argument is not a valid MySQL result resource in /home/musiqued/www/wp-content/plugins/facebook-like-button/Add_Facebook_Like.php on line 74

Warning: in_array() [function.in-array]: Wrong datatype for second argument in /home/musiqued/www/wp-content/plugins/facebook-like-button/Add_Facebook_Like.php on line 80

Warning: in_array() [function.in-array]: Wrong datatype for second argument in /home/musiqued/www/wp-content/plugins/facebook-like-button/Add_Facebook_Like.php on line 84

Warning: in_array() [function.in-array]: Wrong datatype for second argument in /home/musiqued/www/wp-content/plugins/facebook-like-button/Add_Facebook_Like.php on line 88

Warning: in_array() [function.in-array]: Wrong datatype for second argument in /home/musiqued/www/wp-content/plugins/facebook-like-button/Add_Facebook_Like.php on line 92

Warning: in_array() [function.in-array]: Wrong datatype for second argument in /home/musiqued/www/wp-content/plugins/facebook-like-button/Add_Facebook_Like.php on line 96

Warning: in_array() [function.in-array]: Wrong datatype for second argument in /home/musiqued/www/wp-content/plugins/facebook-like-button/Add_Facebook_Like.php on line 100

Warning: in_array() [function.in-array]: Wrong datatype for second argument in /home/musiqued/www/wp-content/plugins/facebook-like-button/Add_Facebook_Like.php on line 104

Warning: in_array() [function.in-array]: Wrong datatype for second argument in /home/musiqued/www/wp-content/plugins/facebook-like-button/Add_Facebook_Like.php on line 108
2009 février | La musique classique du jour - Partie 2
Le meilleur de la musique classique pour tous, jour après jour

La musique classique du jour


Archives datées de février 2009

Samedi 7 février 2009

Les chorals de Bach


Petit blind-test audio pour tester votre connaissance des chorals de Bach, sur Neuroneo :
Quizz musique classique : chorals de Bach

Portrait de Jean-Sébastien Bach (source: Wikipedia)

Portrait de Jean-Sébastien Bach (source: Wikipedia)

Nous parlerons aujourd’hui non pas d’une œuvre mais d’un genre vocal très présent dans la musique baroque.

Les chorals, cantiques simples destinés à être chantés en chœur par les fidèles, ont intéressés beaucoup de compositeurs baroques ; provenant de la liturgie luthérienne, on en retrouve essentiellement dans l’œuvre de musiciens allemands comme Dietrich Buxtehude, Jean-Sébastien Bach ou  Georg Philipp Telemann.

Ils constituent un élément important de la réforme luthérienne, permettant par leur simplicité à la foule de participer à l’office (ce qui n’était pas possible avec les chants grégoriens, trop difficiles) ; Luther (1483 - 1546) a d’ailleurs écrit plusieurs mélodies et textes de chorals. On chante en général la traduction allemande de textes de plain-chant (chants à l’unisson), qui sont décomposés en plusieurs sections (les périodes, en général au nombre de 7, qui reposent toutes sur une cadence), parfois terminées par un point d’orgue. Originellement chantés à l’unisson, les chorals ont rapidement évolué vers une musique plus évoluée avec des harmonisations à plusieurs voix. On les retrouve alors dans divers types d’œuvres : oratorios, passions, cantates et musique pour orgue.

Jean-Sébastien Bach (1685 - 1750), ayant porté l’art du choral à son apogée, en est reconnu de nos jours comme le maître incontesté. De nombreux compositeurs ont écrits quotidiennement des chorals pour leur charge de maître de chapelle ou de cantor, mais l’œuvre de Bach est dans ce domaine supérieure aux autres ; partant d’une mélodie (souvent déjà existante, parfois composée pour l’occasion) ou d’un chant grégorien, son génie s’exerçait dans l’harmonisation autour de la première voix (le cantus firmus, c’est-à-dire le chant que l’auditeur perçoit le mieux, généralement porté par les sopranos), c’est-à-dire l’ajout des trois voix inférieures (alto, ténor et basse). Bach a composé un nombre très important de chorals, en général pour des chœurs à quatre voix, mais aussi parfois pour des instruments polyphoniques comme l’orgue. On trouve également d’autres formes de chorals : ornées, fuguées, etc. (cf. les œuvres ci-dessous, qui ne sont pas toutes chantées à quatre voix).

Certains chorals prennent chez Bach une dimension bien supérieure à la forme originelle voulue par Luther, et ils constituent des piliers pour nombre de ses grandes œuvres. Nous présentons ci-dessous une sélection de chorals de Bach parmi les plus beaux, avec leur référence et leur origine :

Œuvre d’origine Titre
1 Passion selon Saint Jean, BWV 245 In meines Herzens Grunde
2 Passion selon Saint Matthieu, BWV 244 Wenn ich einmal soll scheiden
3 Passion selon Saint Matthieu, BWV 244 Wer hat dich so geschlagen
4 Passion selon Saint Matthieu Ich will bei dir stehen
5 Passion selon Saint Matthieu Was mein Gott will, das g’scheh allzeit
6 Cantate BWV 147 Jesus bleibet meine Freude, version instrumentale
“Jésus que ma joie demeure”
7 Cantate BWV 147 Jesus bleibet meine Freude, version chœur
“Jésus que ma joie demeure”
8 Passion selon Saint Jean, BWV 245 O große lieb, o Lieb ohn’ alle Maße
9 Passion selon Saint Jean, BWV 245 Christus, der uns selig macht
10 Passion selon Saint Jean, BWV 245 Ach großer König, groß zu allen Zeiten
11 Motet Jesu meine Freude, BWV 227 Jesu Meine Freude
12 Motet Jesu meine Freude, BWV 227 Weicht, ihr Trauergeister
13 Oratorio de Noël, BWV 248 Nun seid ihr wohl gerochen
Choral final de l’oratorio, orné par les cuivres
14 Passion selon Saint Jean, BWV 245 Ach Herr, laß dein lieb Engelein
Choral final de la Passion

Les exemples ci-dessous présentent la construction d’un choral pour chœur à quatre voix (ici jouées au piano) : Ach großer König, groß zu allen Zeiten, extrait de la Passion selon Saint Jean (les points d’orgues de fin des périodes n’apparaissent pas ici et durent autant que les autres notes ; on perçoit cependant les fins des périodes au travers des cadences)

  1. Soprano (la mélodie, ou cantus firmus) :
  2. Alto :
  3. Soprano + alto :
  4. Ténor :
  5. Soprano + alto + ténor :
  6. Basse (superbe partie sur des croches) :
  7. Soprano + basse :
  8. Soprano + alto + ténor + basse :
  9. Choral chanté par un vrai chœur => n°10 dans le lecteur ci-dessus

Les musiciens trouveront sur le site JSBChorales.net une mine d’or concernant les chorals : partitions, arrangements, fichiers MIDIs, sélections, histoire, classification, …

On consultera également la Choral Public Domain Library si l’on cherche des fichiers MIDI ou des partitions PDF libres de droit.


VN:F [1.0.8_357]
Note: 7.2/10 (38 votes)

Jeudi 5 février 2009

Water Music de Haendel


Portrait de Georg Friedrich Haendel (source: Wikipedia)

Portrait de Georg Friedrich Haendel (source: Wikipedia)

Nous revenons aujourd’hui à la musique baroque pour écouter les Water Music de George Friedrich Haendel (1685 - 1759). Suites orchestrales qui sont parmi les œuvres les plus connues de Haendel, les Water Music désignent en réalité trois suites : HWV 348 en fa majeur, HWV 349 en ré majeur (1717) et HWV340 en sol majeur (1736). Ces suites sont des musiques de circonstances, jouées à l’occasion de cérémonie royales.

Né en Allemagne, Georg Friedrich Haendel est pourtant bien un compositeur britannique, car ayant vécu en Grande-Bretagne à partir de 1712. Haendel reste aux côtés de Bach l’emblème de la période baroque (de la fin du baroque en tout cas) ; notons d’ailleurs que Haendel est né la même année et décédé 9 ans après Bach. Son œuvre constitue une synthèse des genres allemands, italiens, français et anglais. Nous aurons l’occasion de revenir sur certaines compositions de Haendel, mais notons que parmi les plus connues figurent plusieurs oeuvres chorales sacrées (Dixit Dominus, Nisi Dominus), des suites orchestrales (Water Music, Royal Fireworks Music), des sonates, concertos et concertos grosso, mais aussi un grand nombre d’opéras en italien (Almira, Rinaldo, Jules César en Egypte, Orlando, Alcina, Bérénice …) et enfin un grand nombre d’oratorio en italien et anglais (Israel en Egypte, Le Messie, …). Son art touche presque tous les genres musicaux de l’époque et reste de nos jours particulièrement renommé et apprécié. Nombreux sont les grands compositeurs pour qui Haendel sera un modèle : “Haendel est grand comme le monde” (Liszt), “Haendel est le plus grand, le plus solide compositeur” (Beethoven), “Haendel est notre maître à tous” (Haydn).

Les Water Music ont été composées pour le roi de Grande-Bretagne George 1er (1660 - 1727, ascendant lointain de la reine Elisabeth II), dont il devint le maître de chapelle dès l’accession au pouvoir du roi en 1714. Précisons que le choix de Haendel n’était pas dû au hasard, puisque ce même George 1er était auparavant Électeur de Hanovre en Allemagne, ayant Haendel pour maître de chapelle, jusqu’à ce que celui-ci décide à partir pour Londres en 1712. Il semblerait que les deux premières suites aient été jouées en 1717 par des musiciens accompagnant sur une barge l’embarcation royale, tandis que la troisième aurait été jouée en 1736 lors du mariage du Prince de Galles avec la princesse Augusta de Saxe-Gotha. Les célèbres Musiques pour des feux d’artifices royaux (Royal Fireworks Music) sont souvent associées aux Water Music car elles sont également des beaux exemples de musiques d’apparat.

Chaque suite est composée de plusieurs mouvements, dont nombreux sont assez connus :

Suite n°1, HWV 348

  1. Ouverture (Largo – Allegro)
  2. Adagio e staccato
  3. Allegro – Andante – Allegro da capo
  4. Menuet
  5. Air
  6. Menuet
  7. Bourrée
  8. Hornpipe
  9. Allegro
  10. Allegro (variante)
  11. Alla Hornpipe (variante)

Suite n°2, HWV 349

  1. Ouverture (Allegro)
  2. Alla Hornpipe
  3. Menuet
  4. Lento
  5. Bourrée

Suite n°3, HWV 350

  1. Allegro
  2. Rigaudon
  3. Allegro
  4. Menuet
  5. Allegro

L’exécution de l’ensemble des mouvements demande d’après la partition une flûte, deux hautbois, un basson, deux cors, deux trompettes, des cordes et une basse continue, mais il existe de nombreux arrangements pour différents orchestres.

L’ensemble est particulièrement facile d’accès, agréable à écouter et n’est pas très long, aussi une écoute intégrale est conseillée !

Enfin, voici une sélection de deux très bons enregistrements des Water Music :

  1. Version Gardiner - English Baroque Soloists
  2. Version Koopman - Amsterdam Baroque Ochestra

Les musiciens pourront trouver les partitions libres de droit des 3 suites des Water Music (ainsi que des arrangements pour cordes ou piano) au format PDF sur le site de l’IMSLP.


VN:F [1.0.8_357]
Note: 7.4/10 (20 votes)

Lundi 2 février 2009

Sonate pour violon n°5 “Le Printemps” de Beethoven


Portrait de Ludwig van Beethoven (source: Wikipedia)

Portrait de Ludwig van Beethoven (source: Wikipedia)

Nous continuerons aujourd’hui dans la période classique pour écouter la Sonate pour piano et violon n°5 opus 24 de Ludwig van Beethoven (1770 - 1827), dite “Le Printemps (Frühlingssonate).

Composée en 1801, cette sonate est une œuvre “de jeunesse” pour piano et violon ; surnommée “Sonate le Printemps” - à noter que le nom n’est pas de son auteur -, elle est la plus célèbre des 10 sonates pour violon, avec la n°9 (Sonate à Kreutzer). Beethoven dédia cette œuvre au comte Moritz von Fries, l’un de ses mécènes qui sera également en 1811 dédicataire de la célèbre 7ème symphonie.

Débutant sur un très joli thème en allegro dans le 1er mouvement joué par le violon et repris par le piano, la composition de Beethoven enchante ses auditeurs par sa simplicité et ses surprises, tout en restant parfaitement poétique. Le piano, loin de n’avoir qu’un rôle d’accompagnement, présente une virtuosité égale à celle du violon, ce qui rend le thème assez dense.

L’ensemble des quatre mouvements dure environ 25 minutes :

  • Allegro
  • Adagio molto expressivo
  • Scherzo : Allegro molto
  • Rondo : Allegro ma non troppo

Voici une belle version avec Itzhak Perlman au violon et Vladimir Ashkenazy au piano ; il est recommandé d’écouter la sonate entièrement, même si le premier mouvement reste le plus populaire :

La partition de la sonate est disponible libre de droit et au format PDF sur le site de l’IMSLP.


VN:F [1.0.8_357]
Note: 8.0/10 (40 votes)

Dimanche 1 février 2009

Concerto pour piano n°23 de Mozart


Portrait de Wolfgang Amadeus Mozart (source: Wikipedia)

Portrait de Wolfgang Amadeus Mozart (source: Wikipedia)

Nous écouterons aujourd’hui une autre très belle oeuvre de Wolfgang Amadeus Mozart (1756 - 1791), cette fois dans son répertoire profane et de concert : le Concerto pour piano n°23 KV 488, en la majeur.

Achevé par Mozart en mars 1786, c’est-à-dire en même temps que son premier opéra (Le Mariage de Figaro), ce 23ème concerto (parmi 27) est souvent considéré comme le plus beau qu’il ait écrit ; divisé en trois mouvements, il commence par une introduction en allegro globalement très radieuse, pour présenter ensuite un adagio célèbre par sa simplicité, sa beauté et surtout son expression poignante. C’est pour certains un des plus beaux exemples de l’exceptionnelle capacité de Mozart à “transformer en or” les mélodies les plus simples. On trouvera également chez Beethoven cette marque, par exemple dans le 2ème mouvement du concerto pour piano n°5 (l’Empereur), qui brille également par sa simplicité et son expression. Le concerto n°23 de Mozart s’achève finalement sur un magnifique rondo sur un tempo entrainant allegro assai.

Nous vous invitons à écouter l’ensemble du concerto, qui est relativement court (30 minutes environ).

On pourra trouver la partition du concerto n°23 au format PDF et libre de droit sur le site de l’International Music Score Library Project.


VN:F [1.0.8_357]
Note: 9.1/10 (17 votes)